Soutien à Julien Coupat et autres histoires

Il y a quelques jours Cécile Duflot revenait sur la détention des « présumés terroristes de Tarnac » : présomption d’innocence bafouée, utilisation des lois antiterroristes… L’occasion également de revenir sur le médiatique « L’insurrection qui vient » (dont j’entame la lecture) et l’invention d’un gauchisme post nucléaire (extraits plus bas)

* Texte intégral disponible en ligne gratuitement sur le site de l’éditeur (en pdf).

Le livre doit grandement son succès au fait qu’il ait été présenté comme une pièce à conviction à la charge des personnes soupçonnées de sabotage de lignes SNCF en novembre dernier

« L’insurrection qui vient » est donc bien une critique radicale du gauchisme, mais elle émane – c’est probablement là que le bât blesse – d’une sorte… de néo-gauchisme, qu’on pourrait même qualifier de gauchisme post-nucléaire . Un gauchisme qui n’attend nullement l’avènement d’un nouveau Mai 68, mais se prépare à vivre dans ce monde qu’il voit venir aujourd’hui et qui ressemble bien plus à celui de Mad Max que le quartier Latin au printemp

Pour le reste c’est ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.