Soutien à Julien Coupat et autres histoires

Il y a quelques jours Cécile Duflot revenait sur la détention des « présumés terroristes de Tarnac » : présomption d’innocence bafouée, utilisation des lois antiterroristes… L’occasion également de revenir sur le médiatique « L’insurrection qui vient » (dont j’entame la lecture) et l’invention d’un gauchisme post nucléaire (extraits plus bas)

* Texte intégral disponible en ligne gratuitement sur le site de l’éditeur (en pdf).

Le livre doit grandement son succès au fait qu’il ait été présenté comme une pièce à conviction à la charge des personnes soupçonnées de sabotage de lignes SNCF en novembre dernier

« L’insurrection qui vient » est donc bien une critique radicale du gauchisme, mais elle émane – c’est probablement là que le bât blesse – d’une sorte… de néo-gauchisme, qu’on pourrait même qualifier de gauchisme post-nucléaire . Un gauchisme qui n’attend nullement l’avènement d’un nouveau Mai 68, mais se prépare à vivre dans ce monde qu’il voit venir aujourd’hui et qui ressemble bien plus à celui de Mad Max que le quartier Latin au printemp

Pour le reste c’est ici

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.