On s'éclate à gauche

Depuis 21 avril 2002 douloureux puis des débats sur le référendum du TCE tout aussi douloureux, la gauche dans son ensemble semble en bien mauvais état. Et les aventures du PS, du PCF, des Verts et de la LCR ne font qu’accentuer la multiplication des initiatives…

Allons de droite à gauche…

Le PRG semble pour une partie pencher de plus en plus à droite, seront ils les prochains admis chez Sarkozy ?

Au PS, les drôles de dames divisent. Et c’est le cas Royal qui fait école.
Yaura t’il 2 candidatures issus du PS en 2012 ? Une scission programmée à parti de Désir d’Avenir ? Et un rapprochement entre Royal et Bayrou ?

Toujours issus du PS, Melenchon a récemment crée le PDG, et c’est avec un PCF affaibli qu’il pourrait essayer de dépasser les 5 % aux européennes de 2009

Le MCR de Chevènement mais aussi d’autres groupuscules dits “républicains”, que l’on a pu retrouvé du côté du Non en 2005 se tatent également… On peut citer le MARS et autres SEGA… Des formes de restes de certaines dissidences communistes et socialistes…

Rappelons d’ailleurs au passage à l’amusant Melenchon que celui ci avait bien voté pour Maastricht qui est le véritable traité “source” du TCE puis du TME…

Toujours du côté PCF on peut citer l’amicale Hue qui nous sort une association “Nouvel Espace Progressiste” (Hue fait parti des communistes plus favorables au alliance avec le PS)

Pendant ce temps là ça se divise bien au PCF : Trois listes alternatives étaient déposées face à celle de Buffet…

Pas très loin la “sympathique” Clémentine Autain révèle dans Libération les contours de la Fédération pour une alternative sociale et écologique, qui sera présentée le 17 décembre. Selon elle : Jean-Luc Mélenchon est pour une révolution par les urnes. Le NPA met l’accent sur les luttes sociales. Il faut raccorder les deux. Les Alternatifs rouge et vert, les «communistes unitaires» et les collectifs [ex-antilibéraux et ex-bovétistes, ndlr], et les écolos radicaux ont décidé de mettre leurs forces en commun…

But du jeu faire en sorte que le NPA, le PG, le PCF et tout leurs “proches” partent tous ensemble aux européennes…
Parallèlement Politis remet le couvert, avec un nouvel appel, un peu plus précis que précédement “Pour une autre Europe” signé par Autain et d’autres… essentiellement issus du “Non de gauche” et dans les combats semblent toujours ciblés sur le TCE puis le TME…

(correction, depuis que j’ai commencé à écrire cet article, Autain and Co ont finalement revelé leurs projets, on en parle plus bas…)

Coté NPA les choses ne semblent pas aussi simples… Si le NPA doit voir le jour en janvier prochain, les adhésions réels ne semblent pas suivre les “promesses d’adhésions”… et les prochaines élections : s’allier ou non divisent…

Deux textes devraient finalement être présentés au congrès, qui tranchera. Le premier, il faut bien l’avouer majoritaire au CAN, veut soumettre toute alliance à l’acceptation d’un programme ostensiblement anticapitaliste. Le second privilégie la recherche de listes unitaires.
La surprise est venue de jeunes recrues du NPA qui ont rejoint, à leur façon, Christian Picquet, animateur de la sensibilité Unir, en se montrant sensibles au Front proposé par PG mais aussi par le PCF.
En s’élargisant la LCR a pris le risque d’être “pris” par des “nouveaux militants” pouvant désirer une plus grande ouverture

Enfin côté Ecolo 2 cordes discordantes :
Cochet and co pronant toujours un dépassement des Verts pouvant tourner à l’environnementalisme ,
pendant qu’une autre petite partie prone une “écologie radicale” : de quoi se rapprocher avec les Alternatifs et d’autres “proches ecolos” qui ont essayé de s’entendre à Miremont, mais qui sembleraient ensuite préférer se rapprocher des “rouges” au risque de “vendre” l’écologie comme cela avait été le cas dans les collectifs unitaires…
Alors que Europe Ecologie et tout particulièrement les “proches de Bové”, et Bové lui même, auraient justement besoin que les “écolos radicaux” donnent de la voix avec eux, et non “ailleurs”…

Alors même qu’une prochaine rencontre devrait voir lieu entre “dits ecolos radicaux” (ceux qui se sont rencontrés à Miremont) , certains (Billard, Bavay en tête…) se proposent déjà de participer à une fédération avec Autain alors qu’aucune décision n’était finalement ressorti et que les “écolos radicaux” se “divisaient” entre plusieurs solutions : coloriser Europe Ecologie, une fédération “noniste gauche et autres” , un rapprochement avec le NPA… (cf tentatives de synthèses ici même, en bas de page…)

Notons tout de même que pour le moment les Verts sont ceux qui s’en sortent le mieux côté division… La synthèse “Duflot” a été voté à 71% , score presque stalinien, alors que le PCF n’a reconduit Buffet à moins de 70 % et que le PS s’est divisé pendant plusieurs semaines (échouant à faire synthèse puis se divisant en 2)

***

Mais reparlons d’Autain, et plutôt de tout ce qui est à la gauche du PS (Verts non compris puisque Europe Ecologie semble bien parti)

* Nous avons donc le POI (ex Parti des Travailleurs) et LO qui a trop tardé à trouver une remplaçante à Laguiller (La LCR fera t’elle la même erreur avec Besancenot, erreur déjà faites avec Krivine ?)

* NPA futur ex LCR divisé en 2 : le congrès futur en dira plus sur le poids des uns et des autres… Mais l’ouverture pourrait presque être “fatale” aux anciennes stratégies renforçant ceux qui étaient minoritaires…

d’un coté ceux plutôt ex LCR, Anticapitalistes… très critique envers le PS et contre toute forme d’amités avec… Critique au point de ne pas souhaiter une “amitié” avec d’autres : PCF, PG, …

de l’autre ceux qui ne seraient pas contre une ouverture, des futurs dissidents comme en a connu et connait encore le PCF ? Propice à un rassemblement allant de l’ex LCR au PG de Melenchon…

* Là vient de se placer Autain et ses amis, qui souhaitent justement que tout le monde se rassemble… sur une ligne très Non de gauche…

* Un peu plus tôt là vient se placer le PG de Melenchon , toujours un peu proche du PS, mais qui a déjà commencé un rapprochement avec le PCF, éventuellement le MRC et d’autres…

* Puis le PCF , qui a “rejetté” finalement une possibilité d’ouverture trop large (allant jusqu’au NPA)
et lui a préféré pour le moment une ouverture seulement avec le PG de Melenchon…
Il faut dire que le PCF supporte peut être mal de voir ailleurs (côté Autain and Co) des communistes dissidents ou des futurs dissidents…

Nous nous retrouvons donc avec 2 “extremes” ,
un bout de NPA non favorable à une alliance trop large (voir plutôt propice à partir tout seul, le congrès en dira plus)
et un PCF qui pour le moment a choisi le PG (et quelques proches) comme allié pour les Européennes…

Et au milieu de tout ça un PG (qui ne plait pas forcément à tout le monde surtout coté NPA) et une “fédération” (Autain and Co) qui iraient bien à une alliance très large (et issu du Non de gauche) pour les Européennes de 2009

Autain, après avoir un brin “abandonné” l’appel de Politis, puis fricoté avec le NPA, avait bien compris qu’il y avait un coup à jouer…
Elle a du surement s’inspirer de ce qui se passait côté Europe Ecologie et Verts… Puis elle a en mémoire les précédents essais avortés…

En proposant une fédération très ouverte, et en s’appuyant sur les désirs d’ouvertures qui existent du NPA au PCF en passant par tout les autres, elle sait qu’il y a des possibilités, surtout que les européennes sont plus faciles à se partager que des élections présidentielles : plusieurs euro régions, donc plusieurs candidats…

Regardons donc cette fédération :

Sur les ruines des collectifs unitaires du non à la constitution européenne, et grâce au ciment de l’Appel Politis, diverses figures de la campagne référendaire de 2005 ont choisi de dépasser leurs éternelles réunions de discussions, entamées depuis l’appel “Ramulaud” de 2003.

Une sorte de future AREV ? (pour le moment plus rouge que rouge et verte,  mais passons…
le “futur programme” depuis les “collectifs unitaires” de fin 2006 a j’espère un brin évolué… ) ,
on peut d’ailleurs un instant revenir sur cet AREV :

Issu pour partie des comités soutenant le communiste rénovateur Pierre Juquin (qui passera chez les Verts) (composés du PSU, de la LCR, de la Nouvelle gauche pour le socialisme et l’autogestion et de militants non encartés) à l’élection présidentielle de 1988.

Une bonne partie des anciens membres du PSU, dissout en novembre 1989, et de la Nouvelle gauche issue des comités Juquin participent alors à la création de l’AREV. Le parti compte plus de 6 000 membres à sa création, mais finit peu à peu par être absorbé par d’autres organisations (Verts, LCR, associatifs) à cause du manque de débouché politique et de la stratégie très unitaire de cette organisation. En 1998, l’AREV ne compte plus que 300 militants.

Pour échapper à une mort politique à court terme et pour ouvrir un espace pour un parti écologiste ancré à la gauche de la gauche, L’AREV et une dissidence de la Convention pour une alternative progressiste fondent le 29 mars 1998 les Alternatifs.

L’idée est là… en tout cas… Et nous en sommes peut être pas si loin…

Nous retrouvons en effet :
Martine Billard et Francine Bavay , Vertes, qui ne souhaitent pas participer à Europe Ecologie, et qui donc préfèrent déjà la dissidence et la construction d’une fédération “non de gauche”

Autain qui un temps avait souhaité être candidate, mais qui ne l’avait point été… Préférant laissé Bové, la LCR, le PCF et d’autres se chamailler…

Des communistes “unitaires” : Patrick Braouezec, François Asensi et Pierre Zarka

Mais aussi : divers mouvements nés autour de la mobilisation anti-constitution, vivotant depuis tant bien que mal: Les Alternatifs, le Mai, le collectif du Limousin Alternative-Démocratie-Socialisme. Enfin, le président d’honneur de la fondation Copernic, Yves Salesse, en tant que représentant des Collectifs unitaires
(rappelons au passage que Limousin Alternative Démocratie Socialisme est en faites l’ex CAP dont je parlais plus haut…)

Nous retrouvons donc bien avec d’anciens “camarades” dont une partie est issus de AREV : les Alternatifs, les communistes dissidents, l’ex CAP, … sont autant de camarades de la gauche de la gauche qui ne se sont finalement jamais réellement quitté, même si chacun avait fini par rejoindre PS, Verts, LCR ou PCF ou apparentés…

Patrick Braouezec, député PCF et président de la communauté urbaine de Saint-Denis, voit l’entreprise comme «un relais à l’intérieur des organisations, une sorte de “go-between” entre les différents partis de transformation sociale, en vue des européennes. On espère aboutir à des listes couvrant l’ensemble du spectre, de Besancenot à Buffet en passant par Mélenchon. Si cela ne débouche pas, on présentera peut-être nos propres listes, mais ce n’est pas l’objectif premier. Les échéances électorales ne sont qu’un moment du mouvement social». Et d’assurer: «La fédération n’a pas vocation qu’à vivre dans le temps électoral.»

Yves Salesse explicite “la théorie de la passerelle”, développée à demi-mot par chacun des protagonistes: «Faisons un peu de realpolitik en tenant compte du désastre de la candidature unitaire à la présidentielle! Trois ou quatre listes anti-libérales, ce serait grotesque!» Requinqué, il veut croire que «les sourires amusés de la presse sont les mêmes qu’au début de la campagne du non».

En revanche, il botte en touche quand on demande une réaction sur l’absence de José Bové, pour qui ils ont tous fait campagne en 2007 et qui a préféré s’engager auprès de Daniel Cohn-Bendit pour les européennes. «Ce n’est pas la question du jour». Toutefois, l’ancien directeur de campagne bovéiste, le communiste du Val-de-Marne Jacques Perreux veut croire que «les portes restent grandes ouvertes à José, et les choses qui semblent impossibles ne le seront peut-être plus si notre rassemblement prend».

José Bové de son côté à déjà heureusement répondu : il préfère Europe Ecologie et les Verts… on se demande bien pourquoi : certains parleront de trahison, d’autres d’appats du gain, d’autres enfin se rappeleront toutes les difficultés qu’avaient eu les plus écologistes à exister au sein de “collectifs unitaires” qui avaient abouti à la désunion… Ce même José se rappele peut être des mésaventures, trahisons, maladresses voir “coups foireux” qui avaient composé les collectifs puis sa propre campagne…

Avec un PS affaibli par les divisions, un NPA fort de la popularité médiatique de Besancenot, la gauche, les gauches, se décomposent et se recomposent…
Autain pourrait bien avoir tenté le coup qu’il fallait tenter, un coup du même type que Cohn Bendit et autres Verts : obliger coute que coute l’union !
Le PCF comme le NPA se retrouvont ils piégés ? Obligé d’accepter une alliance aux européennes ? Au risque d’être soit présenté comme des traitres (fricotant avec des “partis” x ou y) soit comme diviseurs… Et quels rôles auront les “unitaires” de ces 2 partis ? Et les éventuels futurs dissidents ?

6 réponses sur “On s'éclate à gauche”

  1. petite remarque : le coup Autain/Politis avec cette fédération

    l’éventuel partenariat PCF PG + fédération (+ certains NPA ?) peut aussi être considéré comme une “refondation” “forcée” de l’extérieur/inérieur du PCF qui comme je le disais lors de précédents articles n’a pas vécu et ne semble pas vraiment envisagé de “refondation”

    http://blog.vertchezmoi.net/politique/cycle-de-refondation-des-partis/

    le PCF comme le PS… contrairement aux Verts et au NPA
    (et à quelques autres… y compris à droite : RPR > UMP , UDF > Modem) ne semble en effet pas bien parti côté “refondation”

    cette fédération peut etre un coup , et si c’est le cas tant mieux…

  2. Je lis toujours avec intérêt votre blog. Je me permets de demander grâce pour mes petits neurones qui tentent de comprendre les tenants et aboutissants de la politique locale et nationale (voire les tenants et aboutissants de la politique tout court) … serait-il possible d’avoir un petit schéma en plus de ce texte ?

    Merci grandement pour ce blog et le reste …

    Celti

  3. Le jour ou l’extrème gauche française fera le deuil de concepts aussi irréalistes que débiles du genre dictature du prolétariat (sachant que dictature c’est difficilement conciliable avec gauche), tout avancera plus vite. Vive l’euthanasie, la 3 et 4 ème internationale sont hors sujet aujourd’hui….
    Sûr le fond encore, l’EG française a une lecture biblique, mystique de Marx ce qui est un comble ! Mais peut-être que cette forme de lecture est inhérente à toute forme politique, il y a aussi une forme de mysticisme vert, même s’il est originaire aussi du scepticisme scientifique.
    Peut être aussi que certains instrumentalisent volontairement Marx pour assoir leur pouvoir personnel, bien qu’ils ne croient pas à concepts. Un nouveau clergé ?

    Bref.

    Quand à l’union des appareils, elles n’aura pas lieu, les trotskos ne s’entendent déjà pas entre eux, c’est pas pour faire alliance avec les stals du pcf ou les sociaux traîtres du pg…
    A la limite celà tiendra pour les européennes, peut-être pour les régionales et encore, mais pas pour les présidentielles. Jamais au grand jamais les trotskos ne soutiendront un candidat “républicain”, jamais même si celui ci fait une proportionelle intégrale, les trotskos sont pas cons et savent qu’ils profitent à mort du vote sanction et du système majoritraire, dans une assemblée, ils seraient démystifiés… Le PCF est quand à lui apeuré de se scinder en deux, par ce qu’il existe des orthodoxes, hé oui ça existe encore ! Sans compter que certains au pcf croient encore que l’union se fera autour d’eux comme si on était en 1950…Le PG, ne représente rien pour l’instant, mais risque de se faire prendre en étau par ses camarades, le vote majoritaire les bouffera sûrement, d’autant qu’il leur sera dur d’avoir la légitimité du PS et que certains camarade de ce parti risque très vite de vouloir partir à la chasse aux places. Dans ces conditions difficile de croire qu’ils deviendrotn majoritaire à gauche….
    La fédé ne donnera aucun résultat malgré les bonnes intentions.
    Reste les verts qui eux n’ont pas plus de chance de rassembler à gauche, car eux mêmes sont de plus en plus hésitant à se positionner comme “à gauche”. Et encore si c’était le seul problème….

  4. Très bien cet article ! Pour comprendre les notions « extrême-gauche », « gauchisme » et « ultra-gauche », on peut lire « petit retour historique » de Jérôme Anciberro (27 novembre 2008) : http://www.bastamag.net/spip.php?article271

    …………

    – Voir aussi l’interview de José :

    – LIBE : Pourquoi la gauche de la gauche reste-t-elle éparpillée ?

    – JOSE BOVE : “Quand il s’agit de dire non pour dénoncer une politique, les différentes sensibilités sont capables de s’unir et de dépasser leurs désaccords. Mais quand il s’agit de dire oui pour construire un projet alternatif, les logiques boutiquières et personnelles prennent vite le dessus. Ce qui est, par opposition, enthousiasmant dans le rassemblement le EUROPE ECOLOGIE , c’est le pari de réunir des gens venus de pratiques différentes, issus du mouvement social, associatif et politique”.
    http://www.liberation.fr/politiques/0101305770-l-ecologie-a-toujours-ete-le-fil-rouge-de-mon-engagement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *