On ne peut pas avancer vers l'avenir, le dos tourné vers le passé

C’est avec ces mots que s’est adressé Alain Rodet (PS) maire de Limoges à Cyril Cognéras (Verts) suite à l’expression de ses doutes concernant la ligne LGV Poitiers Limoges. Justement quand on fait face à l’avenir, le passé est dans le dos… mais passons… Pendant l’intervention de Cyril les défenseurs de la ligne LGV lancèrent un impressionnant tir de barrages malgré les propos modérés de l’élu Vert : on le coupe, le brocarde, tout est bon pour polluer son intervention… Voici ici quelques arguments pour compléter :

Le TGV contre les territoires : l’exemple limougeaud
Historique :
On en parle depuis 90
A l’époque un projet était de relier Poitiers à Limoges : la droite le rejeta !
On abandonna ce projet pour le POLT, son fameux pendulaire…
Dossier pret, financement… et là patatra : en 2003 Raffarin abandonne le projet (soit disant trop cher, pas rentable…)
Et on nous ressort le Poitiers Limoges, qui sera pourtant plus cher et moins rentable…
Dans quelques années, quand on aura fini le dossier, engagé des financements, … Allons nous une fois de plus abandonner le projet ? Et pourquoi pas revenir au POLT ?

Le gouvernement, suite à un rapport du Conseil Général des Ponts et Chaussées et de l’Inspection Générale des Finances sur les grands projets d’infrastructures de transport (4 mars 2003)1, a rejeté le projet de TGV pendulaire POLT, d’un coût de 264 millions d’euros, au prétexte que le taux de rentabilité socio-économique de celui-ci était trop faible (de l’ordre de 2,8 %).
Subséquemment, il a proposé un projet de LGV passant par Poitiers, d’un coût annoncé de 1,5 milliard d’euros. Il est donc permis de s’interroger sur le taux de rentabilité d’un projet 5 fois plus cher et qui n’irrigue en grande vitesse qu’un parcours supplémentaire de 125 à 160 km.

Quelle serait la réponse des Limousins si on leur demandait de choisir d’aller à Paris en 2h par Poitiers dans 20 ans ou en 2h30 par Orléans dans 2 ans pour 4 fois moins cher ?

Mais on préfère une fois de plus dépenser notre argent dans un projet qui ne se fera jamais ? Tout le monde le sait : d’ailleurs nous ne conditionnons même pas notre participation au financement de la lgv sud europe Atlantique…
Tout était bouclé pour le POLT… nous n’en verrons jamais la couleur malgré l’argent dépensé ? et là pour la LGV Limoges Poitiers se sera la même chose ?
Pire encore la LGV sera peut être construite et au bout de quelques mois plus aucun TGV n’y circulera : la SCNF devenu privé considérant le Limousin comme peu rentable pour son cher TGV…

Belle avenir en effet que des trains circulant (pour ceux qui auront les moyens de se payer le billet) uniquement de métropole en métropole pendant que le reste est dans un état désastreux et que les TER  et Fret vont être logiquement abandonnés

un débat public a eu lieu. Mais si j’en crois les comptes rendus, nombreuses sont les critiques voir les oppositions : d’associations écologiques, de syndicats, de simples citoyens et usagers des services publics.
Seront elles pris en compte ? A voir le projet avancer j’en doute…

Le POLT était financé, bouclé (…) et coutait 5 fois moins que cette future ligne desservant seulement Poitiers et Limoges
Il n’y avait pas besoin d’attendre 2020 voir 2030 : un abandon unilatéral et anti démocratique !

On nous ballade depuis bien trop longtemps !!

Faut il rappeler le prix d’un billet TGV ? La priorité semble être aux transports à grandes vitesses des plus aisés entre les métropoles… Le nombre de voyageurs Limoges Paris est déjà bien maigre, peut on croire qu’il sera plus important avec le TGV ? Et cette ligne n’est elle pas (comme ligne La Rochelle Poitiers) un moyen de remplir (et « rentabiliser) la ligne Poitiers Paris…

L’ouverture du Limousin vers la façade atlantique est nécessaire (tout comme la transversalité Est Ouest Bordeaux Lyon) et doit s’inscrire dans une vraie complémentarité. Or, on ne nous propose qu’une variante de la verticalité Paris-province : concurrence entre les Lignes Paris Orléans Toulouse et Paris Poitiers Bordeaux… pendant que dans le même temps des lignes Nantes Poitiers, Bordeaux Lyon (passant par Limoges) ont été abandonné…

4 réponses sur “On ne peut pas avancer vers l'avenir, le dos tourné vers le passé”

  1. Voici un commentaire désespérant (surtout pour un pseudo-écologiste): l’avenir du POLT était la liaison Paris Toulouse avec l’abandon de ce trafic, il n’y a plus de rentabilité. Par ailleurs la technologie pendulaire entraine des couts d’investissements (motrices + wagons) trés lourd.

    Ce type de commentaire est désastreux , en attendant le LGV LIMOGES-POITIERS-PARIS: je vais toutes les semaines à PAris et à Tours en voiture.Tous les mois à Lille et Londres en Avion…

    Ce barreau est un lien avec le réseau GV européen: le seul risque pour la région est d’augmenter l’attractivité économique, touristique, culturelle, démographique de la région.

    Vous devez être les seuls « verts » de France à ne pas vouloir intégrer les 2000km du grenelle!

  2. que d’erreurs dans ce propos

    – la technologie pendulaire : que d’erreurs…
    mais on préfère les couts d’une ligne LGV ? 😉 (très lourds pour le porte monnaie et pour la nature)

    – aller à Paris en voiture
    c’est ton choix
    mais la ligne Limoges Paris existe que je sache ?

    tu préfères attendre (peut etre) 2020 pour un TGV ?
    d’ici 2020 tu continues donc à prendre ta voiture ? malgré tout…
    et malgré le cout du pétrole, la pollution, …
    bravo !

    quand on veut on peut :
    la LGV coutera 5 fois plus cher que coutait le POLT
    et nous ait promis pour dans 15 ans
    le POLT c’était pour dans 3 ou 4 ans (en clair le TGV passerait déjà ici 😉 )

    – Il n’a aucun contraire aucun lien avec le GV européen, puisque celui ci n’est toujours pas réalisé :
    d’ailleurs on nous demande de mettre la main à la poche
    pour réaliser les tronçons manquants
    tronçons réalisés entre 2015 et 2020…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.