International Europe Ecologie : REMBOURSER LA DETTE ÉCOLOGIQUE DE L'EUROPE EN FINANÇANT DE GRANDS CHANTIERS DE RESTAURATION DES GRANDS ÉCOSYSTÈMES DE LA PLANÈTE

3ème proposition du Pilier International des propositions de Europe Ecologie : REMBOURSER LA DETTE ÉCOLOGIQUE DE L’EUROPE EN FINANÇANT DE GRANDS CHANTIERS DE RESTAURATION DES GRANDS ÉCOSYSTÈMES DE LA PLANÈTE

► téléchargez le tract “10 bonnes raisons de voter Europe Ecologie”

► téléchargez le Contrat Ecologiste pour l’Europe

L’URGENCE ÉCOLOGIQUE ET SOCIALE exige que l’Union européenne prenne l’initiative d’un programme mondial de grands travaux de génie écologique consacrés à la préservation, à la restauration et à l’entretien des écosystèmes, particulièrement dégradés dans les pays du Sud. De leur stabilité dépend en effet l’avenir de l’humanité et d’abord celui des populations locales qui, par centaines de millions, y puisent directement les éléments de leur survie.

LA SANTÉ D’UNE ÉCONOMIE ne peut pas être dissociée de celle des milieux naturels dont elle dépend. L’affaissement accéléré de la fertilité et de la diversité du vivant précipite le déclin économique et décuple la pauvreté. Ce phénomène menace directement la survie de la moitié de l’humanité, principalement dans les pays du Sud. Il précipite les migrations forcées et l’urbanisation sauvage en aiguisant les risques de conflits communautaires pour l’accès aux ressources. Plus généralement, l’effondrement des écosystèmes prive l’ensemble de l’humanité des services irremplaçables que la nature lui rend.

Un programme de grands travaux de génie écologique, initié par l’Europe, s’attachera à mettre en œuvre les actions de conservation, de restauration et d’entretien des écosystèmes, selon des méthodes adaptées aux différentes régions du monde et sous le contrôle des populations locales: régénération des sols, lutte contre la désertification, protection des forêts et reforestation, agro-foresterie, reconstitution des stocks halieutiques et protection des zones d’alevinage, stabilisation des nappes phréatiques, réhabilitation des pâturages et des zones humides, protection des mangroves et des massifs coralliens, gestion des lacs et des fleuves selon les règles hydrologiques, préservation de la diversité des espèces végétales et animales.

DE TELS CHANTIERS NE PEUVENT SE CONCEVOIR que comme des projets intégrés de développement associant étroitement les populations, les acteurs économiques et associatifs locaux, les ONG et les agences internationales.

LES CHANTIERS ÉCOLOGIQUES et la rémunération de celles et ceux qui les accomplissent seront financés par une taxe écologique mondiale prélevée sur les revenus financiers – conçue comme une restitution de la dette écologique du Nord et une contribution à la stabilité de la planète. Elle pourrait s’appliquer d’abord aux pays de l’Union européenne. Son recouvrement comme sa redistribution seraient confiés à une Organisation mondiale de l’environnement, en charge pour les Nations Unies de la gouvernance écologique planétaire.

LA MOBILISATION POLITIQUE ET FINANCIÈRE que suppose l’ouverture d’un chantier mondial de grands travaux écologiques offre une puissante perspective universelle autour d’un projet d’intérêt commun, écologique et social, au Nord comme au Sud.

«  la santé d’une économie ne peut pas être dissociée de celle des milieux naturels dont elle dépend

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.