Evolution du vote ecolo

Comparatif Europe Ecologie 2009 > 2010

On commencera avec une comparaison entre 2009 et 2010, région par région, en tentant quelques explications

10,92% en PACA : – 37% (EE-Cap21)

Liste AEI de Miran à 2,3% mais surtout liste Front National de JM Le Pen à 20,3%

9,91% en Languedoc Roussillon : – 37% (EE-Cap21)
Liste AEI de Drevet à 3,8% mais surtout liste Freche et liste dissidente PS
Il est à noter que la liste FdG-NPA réalise un score de 8,6% quand en Limousin elle réalise plus de 13%

9,75% en Aquitaine : – 37%
Liste AEI à pratiquement 2% et surtout plus gros score du Modem avec 10,4%

9,36% en  Franche Comte : – 35%
Une petite liste dissidente « Ecologie Solidaire » a fait un peu plus de 1% mais c’est surtout la présence du FN (13%) qui peut expliquer ce score
AEI avec Modem

9,25% en Lorraine : – 34% (EE-Cap21)
Liste AEI à 2,5% et présence du FN à pratiquement 15%

On passe aux listes ayant des pertes autour des 30%

12,21% en Bretagne : – 32%
On s’étonnera un peu du « mauvais » score en Bretagne… Même si c’est la seule liste qui s’est maintenu en second tour…
Car en 2004 la Bretagne avait le meilleur score (après celui du Rhone Alpes) du côté des listes autonomes…
Toutefois il faut noter : la présence de la liste Troedec et l’utilisation du terme « Bretagne Ecologie » par la liste PS qui a semé le doute…

9,12% en Haute Normandie : -31%
Liste AEI à 1%  . Et Front National à pratiquement 12%

9,66% en Bourgogne : -30%
AEI à 2% . Front National à 12%

8,48% en Champagne Ardennes : – 28%
Plus mauvais score de Europe Ecologie  mais liste AEI à 2% et surtout Front National à presque 16%

Listes en dessous des 25% de pertes :

Viennent ensuite les listes ayant fait moins de 25% de pertes, qui correspond à la moyenne globale région par région…
Même si en réalité si on prend la différence en voix entre 2009 et 2010 la perte au niveau national n’est que de 16% notamment grace aux voix des régions peuplées que sont l’IDF et le Rhone Alpes…

9,73% en Limousin : – 21%
AEI à 2% .
C’est une des rares régions où le Front de Gauche (ici allié au NPA) réalise un score supérieur (13,13%) à Europe Ecologie…

16,58% en IDF : – 21%
AEI à 1,4% .
Une région où les listes ont tendance à se multiplier…
Mais finalement seuls UMP, PS et EE ont dépassé les 10% , même si il faut noter que le FN a fini à plus de 9%

10,69% en Auvergne : – 20%
Pas de liste AEI (avec Modem) mais une liste FDG qui réalise tout de même 14,26% alors que le NPA de son côté réalise 4%

12% en Basse Normandie : – 19%
Pas de liste AEI

11,92% en Poitou Charente : – 19%
Pas de liste AEI (avec Modem)

13,46% en Midi Pyrénées : – 18% (EE-MEI)
Pas de liste AEI  (MEI avec Europe Ecologie)

11,66% dans le Centre : – 17%
Pas de liste AEI mais un FN tout de même à 11,2 %

13,64% en Pays de La Loire : – 17% (EE-Cap21)
Pas de liste AEI  (avec Modem)

Autour des 15% voir moins de 10% de pertes :

Viennent tout d’abord les régions Nord Pas de Calais et Picardie… qui sont avec le Limousin… les seuls régions sous les 10% mais ayant réalisés moins de 25% de pertes…
Régions difficiles pour les écologistes comme en témoignaient déjà les scores de 2009 autour des 11-12% (on peut y ajouter Champagne Ardennes à 11,8% mais ayant eu 28% de pertes)

9,3% en Nord Pas de Calais : – 16% (EE-MEI)
Pas de liste AEI (MEI avec Europe Ecologie)
Mais FdG à presque 11% et surtout Front National à plus de 18%

9,37% en Picardie : – 14%
Pas de liste AEI (avec Modem) mais Front National à presque 16%

17,83% en Rhone Alpes : -9%
Meilleur score de Europe Ecologie (comme en 2004 côté Verts seuls en autonome)
Pas de liste AEI mais tout de même un FN à 14%

15,6% en Alsace : – 8% (EE-MEI-Cap21)
Pas de liste AEI ou plutôt liste EE composant avec le MEI de Antoine Waechter.
Mais liste ecolo dissidente à 1,6% et Front National à presque 14%

** Comparatif 2004 > 2010 **

Je ne peux que conseiller l’article publié chez Meilcour introduit ainsi :
Chaque lendemain d’élection, on compare les résultats aux années précédentes, et on fait de gros titres sur les scores, tout en déplorant l’évolution de l’abstention. Et nulle part on ne trouve de graphique ou d’article comparant vraiment les évolutions d’effectifs. Les voici.

On peut compléter cet article avec un autre toujours comparatif et publié par Meilcour ici


reg_france

Europe Ecologie :
Les écologistes en passant de 159 à 263 élus régionaux, il est le mouvement qui progresse le plus en nombre de sièges.

Comme le rappele Adrien dans un article récent nous avons donc 15% des élus grosso modo.
En réalité région par région les scores (mais aussi les négociations) font que la proportion d’élus varie alors de 10 à 25% (avec 50 élus en IDF les ecolos représentent pratiquement 1/4 des sièges)

Côté PS : en repli par rapport à 2004 (en réalité scores souvent réalisés avec alliés) , du fait de la place laissée à ses alliés du premier et surtout du second tour et de quelques scores inférieurs à ceux de 2004, il ne progresse que de 40 sièges (758 sièges)

Côté FdG : partenaire non négligeable, en atteignant un score de près de 6 % au niveau national. En moyenne, il obtient 7,5 % des voix dans les 17 régions où il était présent
Il recule de 64 sièges avec 127 élus
result_departements_web

Extremes Gauches :
Les listes présentées ou soutenues par le Nouveau Parti anticapitaliste obtiennent 3,4% des suffrages, et 2,85% pour les listes « autonomes ».
Ce résultat est analysé par le NPA comme n’étant « pas bon ».

Les seuls élus obtenus sont ceux du Limousin grace à une alliance avec le Front de Gauche :
La « stratégie Mélenchon » semble avoir poussé le NPA vers le « repli sur soit »  (synonyme de mauvais scores y compris quand le NPA était avec le Parti de Gauche ou d’autres) ou l’union avec le PCF (via le Front de Gauche)
Le NPA semble poussé à s’affaiblir en autonome ou à aider ses partenaires de la gauche de la gauche

Lutte ouvrière obtient quant à elle un score global de 1,1%, en légère baisse par rapport aux élections européennes 2009 (1,2%)

L’évolution du nombre d’élus par parti entre 2004 et 2010 :

JPG - 26.1 ko
Nombre d’élus par parti en 2004
JPG - 29.3 ko
Nombre d’élus par parti en 2010
JPG - 23.9 ko
Evolution entre 2004 et 2010

Les droites :
La droite parlementaire UMP qui partait unie enregistre l’un de ses plus mauvais score depuis l’avènement de la Vème République

Le Mouvement démocrate est le grand perdant de ce scrutin.
Il ne franchit le seuil de 5% (qui permet de fusionner) que dans trois régions, et le seuil de 10 % (qui permet de se maintenir au second tour) en Aquitaine
Il n’a plus que 10 élus régionaux contre 69 pour toute la France en 2004

Extreme Droite :

Bien qu’il soit en recul de 3 points par rapport à son score de 2004, il réalise toutefois deux performances notoires en PACA sa terre de prédilection (plus de 20% des voix en 2010, après 23% en 2004 et 26,8% en 1998) et dans le Nord-Pas-de-Calais avec 18% talonnant même l’UMP. Il dépasse la barre des 10% permettant de se maintenir au second tour dans 12 régions (et la frôle en Ile-de-France), contre 17 en 2004.

Le Front national voit, contrairement à l’élection précédente, son score augmenter entre les deux tours dans les douze régions où il a pu se maintenir. Du fait d’une moindre présence au second tour et d’un résultat plus faible qu’en 2004, à 118 sièges, son nombre d’élus régionaux recule de 38 sièges

Meilcour dans son article fait une comparaison 2004>2004 avec l’IDF

Essayons de voir ce qu’il en est en Limousin

Le FN comme le Modem baissent par rapport à leurs scores de 2004

Côté UMP la baisse est là mais elle pourrait être encore plus impressionnante quand on considère qu’en 2010 CPNT et UMP sont alliés

Côté Ecolos la progression est bien là même si elle est amoindri par la liste AEI

Côté PS la baisse est la plus « impressionnante » mais il faut prendre en compte qu’en 2004 nous avions une liste PS-PCF alors qu’en 2010 le PCF se retrouve au sein d’un Front de Gauche allié au NPA

Côté gauche de gauche enfin… on peut certainement comparer les nombres de voix PS-PCF2004 , LO-LCR2004 et PS2010 , FdG2010 et LO2010 pour se faire une vague idée des évolutions des voix…

Toutefois on peut affiner l’analyse en procédant à quelques « cumuls de circonstances »

En cumulant les voix PS-PCF-NPA-LO en 2004 et 2010 on peut arriver à trouver quelques éléments de comparaison…
Etant donné les scores nationaux du NPA et de LO on peut supposer qu’il y a eu des pertes similaires et au « minimum » que les voix NPA-LO représentent autour des 20000 voix ce qui permet de toute façon de quantifier les pertes de chacun de façon plus ou moins grossières

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.