Europe Ecologie et son Avenir en débat

Après avoir rédigé quelques contributions je propose de faire le tour de plusieurs contributions, d’en tirer les principales propositions, de les analyser et de donner mon avis.

Mais :

Suite à la lecture rapide du gros cahier des débats (+ de 230 pages !!) , et un peu déçu de certains aspects “usines à gaz” de nombreuses contributions ne proposant finalement que des statuts “Verts Bis” avec un “nouveau nouveau” , cette contribution “comparative” tentant de trier les choses restera à l’état de Gros Brouillon en vrac, sans réel tri, et donc inachevé…

Bon courage à ceux qui auront plus de courage que moi !

Et RDV Pendant et Après les Journées d’été !

Je partirai notamment de mes contributions préférées :

– De Florent Mignot (la mienne donc et tout particulièrement le schéma “simplifié” pour comprendre)
– De Julien Lecaille (p 11)
– Patrick Farbiaz (p136)

– De signataires Europ’Alter (p110)

– De Alain Lipietz (et p187)

– p231 notamment passage sur les adhésions différenciés… Mais qui Solutions Simples à mettre en place !

Mais aussi après relectures rapides et en vrac
(je ne suis pas forcément ok avec tout) :

– p222 Sylvain Girault

– p214 Dominique Boullier (4 cercles et donc 4 formes de militantisme différenciée)
– p198 (Pierre Minneart crititique mais certainement juste)
– p184 (se rapprochant un peu de la mienne : Cette proposition concentre l’objectif de la coopérative autour de : L’action locale, ou thématique , Le sens politique de l’action , La forme participative en « mode projet » )

– p155 (une méthode interessante et un principe simple : débattre, décider, consolider en permanence…)
– p139 (ecologie délibérative)
– p124 (inspiré notamment de Europ’Alter..)
– p102 (comité local Grand Toulouse)
– p22

En Vrac donc

(cf mon prologue)

– Une Charte des Valeurs :

Quelquesoit la forme que prendra “Europe Ecologie” tout le monde en parle : une charte simple mais qui reprend nos valeurs communes…


Les Processus de prise de décision :

On trouve de tout, du plus simple copier coller des statuts des Verts à la plus grande usine à Gaz…
Une Contribution a toutefois relevé mon attention , celle de Bernard Marie Chiquet et Raphaël Souchier (page 22) qui s’interrogent essentiellement sur d’autres manières de prendre collectivement des décisions.
Forum Ouvert… Prise de décision parconsentement… et autres concepts à découvrir ou expérimenter…

– Mode de désignation :
D’après Julien Lecaille ” le mode principal de désignation de candidats aux élections externes est celui de Primaires de l’Ecologie. Le Rassemblement doit définir le cadre, animer les processus de primaires (sur le projet comme sur la désignation des candidats) et proclamer les résultats. Pour le Rassemblement, le mode principal de désignation de candidats aux électionsexternes est celui de Primaires de l’Ecologie. Le Rassemblement doit définir le cadre,animer les processus de primaires (sur le projet comme sur la désignation des candidats)et proclamer les résultats.”

Selon moi : Les éventuels candidats doivent provenir d’un appel à candidature lancé à tout les “signataires” (adhérents ou non) sans quota

Plusieurs solutions s’opposent sur le mode de désignation : Qui vote ?
Adhérents de EE ? Primaires semi ouvertes ou ouvertes (processus de cotisation pour devenir un électeur sur une élection donnée…)

– Une ou Des assemblées du Rassemblement ?

Plusieurs idées existent , souvent présentant ou plusieurs assemblées pour le rassemblement
> une assemblée “politique” qui prendrait les décisions qui concerne le rassemblement
> une assemblée plus large et ouverte au delà du rassemblement  (en plus de la 1er)

Julien Lecaille le présente sous cette forme :

*Le Conseil Fédéral*
Le Conseil Fédéral d’Europe Ecologie (CFEE ou Conseil Fédéral) est l’instance chargée d’assurer l’animation politique du Rassemblement.
Le Conseil Fédéral est composé :
– De représentants des adhérents directs
– De représentants des partis fondateurs
– De représentants des Régions Europe Ecologie
– De représentants des Conventions Nationales Europe Ecologie

Bien entendu la composition exacte de ce “parlement” serait à débattre . Ainsi je ne le présente pas tout à fait de la même manière. Et chacun s’attache aux détails de représentations des uns ou des autres…

Parallèlement il présente également l’idée du Parlement de l’Ecologie :

*Le Parlement de l’Ecologie*

Le Parlement de l’Ecologie tient une session par an, au minimum.

Il est composé :
– D’adhérents directs d’Europe Ecologie désignés via tirage au sort

– De représentants des partis fondateurs

– De représentants de partis/mouvements politiques travaillant avec Europe Ecologie sans être partis fondateurs

– De nombreuses personnalités ayant des engagements associatifs, syndicaux, professionnels, ou intellectuels reconnus

Patrick Farbiaz (voir sa contribution très interessante ! très complémentaire de la mienne, celle de Julien Lecaille ou Europ’Alter) composerait ce parlement d’une autre façon :

et introduirait au sein de celui ci par exemple :
le collège des réseaux nationaux : ex. le réseau national des éco syndicalistes, un réseau national de jeunes écolos, de seniors, un réseau banlieue verte, voire des réseaux constitués et indépendants comme Fac Verte ou tout autre organisme se réclamant de l’écologie ou des mouvements thématiques comme le parti pirate. Des réseaux professionnels pourraient s’intégrer facilement dans une tel collège ( ex. les juristes écolos, les médecins et professionnels écolos, les commerçants écolos…

Cette reconnaissance prendrait la forme une convention nationale de partenariat entre Europe Écologie et les différentes associations, serait signée entre chacun de ces réseaux et le réseau national EE Des conventions régionales plus spécifique élaborée conjointement par les signataires. L’objet en serait de définir précisément et explicitement les conditions d’un travail en partenariat

– Une Fédération des Elus
> pour une meilleure coordination territoriale mais aussi thématique
> un bilan permanent sous forme d’un débat permanent avec les militants et la société

La FEVE semble une bonne base à améliorer ?

– La Formation
Actuellement on parle beaucoup de la Formation des élus mais pas assez de la formation des militants mais aussi des sympathisants et citoyens. Alors qu’il pourrait y avoir de la demande pour une formation aux “idées” (mais aussi aux “pratiques”)

On lit page 185 (contribution à lire dans son ensemble par ailleurs !) :
la formation des adhérents devient un enjeu central. Elle se met en place à partir des besoins des membres de la coopérative, après consultation : formations sur des thématiques prioritaires, ainsi que sur les pratiques participatives (supports pour l’information, rédaction, animation, synthèses, échanges de pratiques, techniques spécifiques cherchant les consensus…).

– Place des courants pour les désignations de candidats externes

Alain Lipietz : La proportionnelle des tendances, c’est bien en interne et à l’échelle correspondante, ce n’est pas un système de quota par écurie pour désigner les places éligibles en externe, et surtout pas pour exclure la grande majorité des « hors-courant ».

Cela résume assez bien ma pensée et un certain consensus qui semble à présent exister là dessus

– Quelle Forme ? Fusion ou pas ?

La solution présentée par Julien Lecaille n’envisage par exemple pas la fusion… puisque pour ne pas exclure ceux qui ne souhaiteraient pas fusionner (par exemple R&PS) et préserver alors le rassemblement il convient de maintenir une forme fédératrice

Ainsi :
Le Rassemblement Europe Écologie est constitué
– des membres individuels, adhérents directs au Rassemblement Europe Écologie
– de partis politiques, qui par leur adhésion au Rassemblement Europe Écologie acquièrent le titre de « parti fondateur » du REE

D’autres envisagent que le “Rassemblement” soit la fusion de tout partis et adhérents y adhérant : ainsi Les Verts n’existeraient plus en tant que parti…

Mais d’une manière générale beaucoup, même en envisageant une “fusion totale”, envisage qu’une forme “fédératrice” (où les Verts et d’autres pourront continuer à “exister”) est une solution transitoire à mettre en place…

– Une Direction

Pour Julien Lecaille on pourrait appeler ça : *Le Bureau Executif*

Le Bureau Exécutif d’Europe Ecologie (BEEE ou Bureau Exécutif) est issu du Conseil Fédéral

– L’Adhésion

Julien Lecaille propose un nouveau concept : l’adhésion à des conventions thématiques
Les adhérents du Rassemblement peuvent choisir un rattachement priorité à une convention thématique (nationale ou régionale) plutôt qu’à un comité local ou une région

– *Coordination Régionale Europe Ecologie*
Une coordination composée de représentants des comités locaux EE, des conventions thématiques et des organisations fondatrrices présentes régionalement anime la démarche EE en région

Pierre Minneart ne parle pas forcément Adhésion mais sentiment d’appartenance (à mettre en parallèle avec la charte) :

chacun, quel que soit son statut au sein de celui-ci, sympathisant voulant être informé ou ne s’investir que sur un combat particulier, personnalité souhaitant ne participer qu’à la réflexion programmatique, membre de RPS ou des Verts, doit pouvoir ressentir envers lui, comme l’écrit Jean-Paul Besset, un « sentiment d’appartenance ». C’est ce sentiment d’appartenance et d’unité qui fait une force politique

– Le Danger de figer le rassemblement : Expérimentons et ne figeons pas

Quelquesoit les solutions opposées (nouveau “parti”, fédération, …) le risque peut être de figer le rassemblement alors même que comme le dis Alain Lipietz “Ce qui a fait gagner EE, c’est qu’on a pu faire des listes sur lesquelles on affichait clairement et notre diversité, et l’unité de notre projet.”

L’Objet Politique Non Identifié « Europe-Ecologie » n’a pas fini d’évoluer, même s’il doit entrer dans la préparation de 2012 sous une forme nettement plus identifiable qu’aujourd’hui. Les propositions que doit adopter la Constituante de novembre 2010 ne seront pas plus définitives que celle de 1789 !

Faut il alors fixer un “calendrier” de la métamorphose permanente ? Des rendez vous clés pour sans cesse faire évoluer l’organisation ?

– Multicartisme transitoire :

Alain Lipietz : Il conviendrait, dans un premier temps, qu’on ne demande pas aux adhérent-e-s de renoncer immédiatement à une appartenance politique autre.

J’y suis assez favorable

Mais ce point ne fait pas forcément consensus. Que l’on soit pour ou contre le fait que Les Verts continuent à exister “en tant que tel” ou pas…

– Accepter l’engagement “à la carte”

Alain Lipietz : Il faudrait donc concevoir EE, au delà de son noyau multicarte, comme un « halo » de sympathisants qui parfois, localement, ou nationalement, se cristallise en structure de décision pour mener ensemble une action bien déterminée (gagner une bataille ou une élection). Il y aurait donc des « EE permanents » ne répugnant pas à se réunir tous les mois, et des « EE associés » rassemblés pour une action et période précise.

C’est ce que j’expliquais dans ma contribution :
Tout le monde peut participer à toutes les “pratiques militantes” , la “carte d’adhérent” ne donnant accès qu’à certains droits à mettre en valeur (temps de formation, participation à l’élaboration du programme…)
Il convient ensuite d’établir ce qui demande
une “cotisation” spécifique (pour les non adhérents) pour l’accès spécifique à certaines pratiques (exemple les commissions programmatiques, les formations, …)
et ce qui ne demande pas de “cotisation” mais où on pourrait mettre en valeur une participation financier (dons…) ou simplement moral (signatures autour d’une campagne donnée…)

Une contribution (page 103) va plus loin en étant plus “stricte” sur la place des “non adhérents” :

LES SYMPATHISANTS ou AMIS ou CONTRIBUTEURS ou…

dont l’implication dans le mouvement EE est gratuite ou d’un coût symbolique et est conditionnée par l’acceptation du texte fondateur.

Ils pourront participer aux actions et aux réflexions collectives, mais pas aux décisions engageant le mouvement (alliances, désignations …).

L’expérience des Verts a montré que de nombreux nouveaux militants repartaient très vite, effrayés par certains débats très polémiques, ou surpris par l’organisation interne. Ce statut leur permettrait de s’engager par étapes.

* ET EN VRAC !

Le Nom :
Certains veulent garder “Les Verts” ou au moins le mot “Vert(s)” d’autres le supprimer… Certains veulent garder “Europe Ecologie” d’autres le supprimer… Certains refusent les “mixtes” entre ces 2 “expressions” (Verts et EE) d’autres pas…

Proposition : REVE ou REEV ou REEVE

Rassemblement ou Réseau , (Europe) Ecologie (des écologistes) , Verts , l’Espoir : à expérimenter ?

– Primaires Ouvertes ?
Qui vote ? les adhérents ? les “signataires” ? les citoyens ? comment… la question se pose et parfois créer des divisions…

Pour qui on vote ? ou comment continuer à avoir des “candidatures ouvertes” ?

– La démocratie et les “Non adhérents” ?
Certains veulent donner le droit de vote “en interne” aux non adhérents à Europe Ecologie : Oui ou Non ? La question se pose mais est elle si essentielle ? A quoi sert il alors d’adhérer ? Quelles différences dans les droits ? Comment arrete t’on la liste des “votants” ? …

Une pensée sur “Europe Ecologie et son Avenir en débat”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *