Elections européennes : la prime aux nouveaux partis, rassemblements, alliances ?

Je commencerai avec une note amusée : regardez attentivement les « logos » des différentes formations politiques pour ces élections européennes… L’étoile ou les étoiles semblent au rdv : Front de Gauche , Libertas , … tous s’y mettent.
De l’extreme gauche à l’extreme droite, de gauche à droite, ces élections européennes sont marqués par des alliances, rassemblements, et « nouveau parti ». Et en effet suivant les cas ces choix pourraient avoir des impacts différents.
Dany Cohn Bendit revient régulièrement sur le choix fait par Europe Ecologie : celui du rassemblement des écologistes. Rappelant qu’un rassemblement ce n’est pas une « mobilisation » mais bien une addition de personnes différentes autour d’un projet commun.
Unis dans la diversité en clair.

* DECOMPOSITIONS / RECOMPOSITIONS ? :

LO :
après les mauvais scores difficile de rebondir…

Front National :
idem et on voit alors apparaitre des « dissidences » et parallèlement une multiplication des groupuscules d’extreme droite violents (qui existaient déjà et pour beaucoup servaient de service d’ordre aux partis d’extreme droite)

PS :
décomposition car départ de Mélenchon et autres ,
départ probable et programmé de Ségolène Royal  (dans quelques années ?)
Mais recomposition car une partie de la gauche (mrc…) tourne toujours autour et parce que les présidentielles avec Ségo ont donné certains exemples de « recomposition » « rénovation » (Désir d’avenir, projets de « primaires à gauche » pour les présidentielles…)

Généralement tout cela est peu favorable pour des élections…

* ALLIANCES :

Je parle d’alliance quand il y a alliance de « partis différents »
(et je ne mettrai pas Europe Ecologie dans ce sac malgré l’alliance entre « Les Verts » et les régionalistes de « RPS » au sein de Europe Ecologie)

Front de Gauche :
principalement alliance du Parti de Gauche (Mélenchon) et du PCF .
Ils tentent d’apparaitre comme un rassemblement en agrégeant d’autres petites composantes de la gauche du PS, y compris des « dissidents » du NPA… De même certains communistes sont très critiques envers Mélenchon :
Le rapprochement du PCF avec Mélenchon s’explique avant tout par l’ambition personnelle de ce dernier – laquelle constitue, à vrai dire, la principale raison d’être du minuscule Parti de Gauche (PG) ! L’écrasante majorité des sections locales du PCF auront bien du mal à travailler avec les structures locales du PG, pour une raison simple : ces structures n’existent que sur une toute petite partie du territoire national.

On remarquera en effet le fort poids médiatique de Mélenchon (prinicipal tête visible) mais aussi de son « nouveau parti » puisque l’alliance se nomme « Front de Gauche » : poids disproportionné et qui peut être un risque pour le PCF ? Ou une chance ?
Je dirai alors que cette alliance est toutefois à mi chemin entre « rassemblement » , « nouveau parti » (grace au PG) et « alliance » , mais un certain « déséquilibre » favorable à Mélenchon pourrait devenir néfaste…
D’autant plus que comment faire croire à une « alliance » et à un « rassemblement » quand à la gauche de la gauche est aussi désuni ?
(LO, NPA, Front de Gauche tous dans son coin et partis et organisations ne participant même pas aux élections…)

UMP :
alliance de l’UMP et du Nouveau Centre : vaste blague me direz vous ? Oui ! En réalité je ne savais pas trop où placer l’UMP puisque ce parti est dans une phase de stabilisation où les élections européennes peuvent être (après les municipales) une élection qui le confirme…
On peut toutefois dire que cette « phase » fait suite à 2 « rassemblements » successifs : un rassemblement issu des anciennes droites RPR et UDF en désintégration dans un premier temps, un autre rassemblement (2007) autour de Sarkozy qui a vu arriver certaines personnalités (Kouchner, Besson et d’autres…)

Libertas :
Alliance de De Villiers (Mouvement Pour la France) et du CPNT (les chasseurs) . Par le passé De Villiers a déjà donné côté alliance avec son médiatique « Pasqua / De Villiers » de 1999 lui permettant de doubler Sarkozy et le RPR moribond dans l’opposition de l’époque…

Les alliances ont un double effet kiss kool. Tantôt favorable (mais souvent peu durable) tantôt défavorable si on regarde les précédentes élections européennes (alliance LO LCR, Pasqua/De Villiers…)
La création de « nouveaux partis » de « dissidence » ‘d’alternative » sont tantôt appréciés tantôt méprisés
(De Villiers souverainiste vis à vis de l’UDF puis Pasqua qui fit de même… Bayrou qui engage l’indépendance de l’UDF vis à vis de RPR puis du Modem vis à vis de l’UMP… Mais Chevènement par exemple a eu beaucoup moins de succès en son temps…)

Il est d’ailleurs interessant de remarquer les scores de chacun en 1994 suite au référendum sur Maastricht où De Villiers/Pasqua/Seguin furent des nonistes de droite très médiatiques…

* NOUVEAUX PARTIS :

– NPA :
de 2007 à début 2009 la LCR a rapidement muté en NPA avec l’aide de la médiatisation de Besancenot. Il faut dire que les faibles scores à gauche du PS aidèrent la LCR à s’imposer à un moment où toutes les alternatives au PS à gauche étaient très affaiblis…
Etre présenté comme un « Nouveau Parti » (comme cela avait été le cas pour le Modem aux législatives, comme aux municipales) peut présenter bien des avantages… surtout quand les médias courent à la nouveauté…
De façon successive ces médias ont construit (à partir de choses concrètes certes) les « images » de Royal (2006-2007) puis Bayrou (début 2007) puis Besancenot (depuis 2007 mais surtout 2008)

Modem :
La mutation de l’UDF en Modem a été plus lente comme je l’ai déjà expliqué… Elle se fit en partie sur la « désintégration » de l’UDF au profit du RPR et du désir d’indépendance de l’UDF « nouvelle version » vis à vis du RPR (déjà en 1999)… La création de l’UMP permit de continuer (2004) avec succès dans ce sens malgré le poids nouveau que Sarkozy a acquis peu à peu (2007) … Les municipales ont confirmé en partie cette stratégie malgré une bonne résistance de l’UMP

Ces 2 exemples sont encore à mi chemin entre « rassemblement » et « nouveaux partis » (surtout pour le NPA).

Tout comme l’UMP a pu l’être il y a quelques années à un moment où le RPR et l’UDF étaient dans l’opposition (1997-2002) , assez affaiblis tout comme leurs alliés de droite en désintégration (Démocratie Libéral et autres…) (Il faut d’ailleurs se rappeler de certains échecs de rassemblement de la droite)
(Même si l’UMP s’est réellement fondé sur le « succès » de 2002…)
Comme je l’ai déjà dis la construction de ces 2 partis c’est essentiellement fait autour d’un noyau d’un parti (UDF ou LCR) et d’un « leader » identifié (Bayrou ou Besansenot)

La phase de « Rassemblement » se « termine » et celle de « Nouveau Parti » a commencé. Ces 2 phases sont généralement propices à de « bons scores » même si pour le Modem l’aspect « nouveauté » pourrait être bien moindre puisque la fondation remonte déjà à 2007…

* RASSEMBLEMENT :

Europe Ecologie :
même si les « stratégies » du Front de Gauche comme du NPA peuvent s’apparenter à des « rassemblements »
(mais que la division de la gauche de la gauche fait désordre) ,
« Europe Ecologie » reste cette année le seul rassemblement mélant au passage certains avantages…
– des « figures médiatiques » : Cohn Bendit, Eva Joly, José Bové (ces 2 derniers étant « sans parti » à la base…) (On peut citer aussi François Dufour, qui comme Bové sont des membres reconnus de ATTAC, ex figures du Non)
– des « ex membres d’organisations connus » : ex Greenpeace (Jadot) , Ex France Nature Environnement (Sandrin Bélier) , Ex Fondation Hulot (Jean Paul Besset)
– un noyau reconnu : Les Verts, Les Régionalistes, des têtes « reconnus » : Flautre, Rivasi (criirad, criigen…) , Harry Durimel (Guadeloupe) …

En réalité (avec Libertas alliant De Villiers et CPNT) (Le Front de gauche étant plutôt l’alliance du PCF avec des dissidents du PS, du NPA…) Europe Ecologie est la seule force alliant 2 ex « concurrents » aux présidentielles : « Bové » et « Les Verts ».

On retrouve ce même genre de comparaison avec les ex amis du Non au TCE :
à droite seul De Villiers et CPNT réussissent à s’allier : mais on retrouve toujours le FN, ses dissidents, Dupont Aignan… Il est probable que comme pour les présidentielles les « ex nonistes » de droite préfèrent directement Sarkozy qui avait su les rassurer aux présidentielles…
à gauche c’est la division malgré « Le Front de Gauche » : LO, NPA, Front de Gauche… Et malgré les « nonistes socialistes » restant au PS il est peu probable que le vote utile joue de la même manière qu’aux présidentielles…

Et finalement Europe Ecologie est la force arrivant à allier ex Oui et ex Non tout en présentant un projet commun pour l’Europe

Contrairement aux « Non de gauche » qui loupe une fois de plus leur rassemblement suite au Non au TCE en 2005 : présidentielles divisés… puis idem aux législatives, municipales… et à présent européennes…

Les Ecologistes réussissent leur rassemblement suite au Grenelle de l’Environnement : de cette déception face à cette magouille nait un projet commun alternatif

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.