Verts dans le Monde et Démocratie Participative

Deux billets en un, excusez moi d’avance pour la longueur éventuelle. Je vous parle donc des autres partis Verts dans le monde dans ce billet et tout particulièrement des Verts en Europe. Par ailleurs petit aperçu de ce que peut être la démocratie participative auquel j’adhère même si je soulève quelques critiques…

La plupart des partis Verts dans le monde sont nés au début des années 80. Il est facile de deviner leurs origines à travers les événements de l’époque : 1969 et les années autour ici ou ailleurs ont été des combats pour les femmes, pour la liberté des moeurs, pour la prise en compte des jeunes… Il y a eu aussi en ces années des luttes contre les actions militaires (Vietnam par exemple), les premières luttes contre le nucléaire… C’est aussi l’époque des crises du pétrole (Iran…), l’époque des hippies et des communautés…
http://fr.wikipedia.org/wiki/Partis_verts_%C3%A0_travers_le_monde
En mars 1972, le premier parti vert (le United Tasmania Group) s’est formé lors d’une réunion publique à Hobart; puis en mai 1972, une rencontre entre verts à Victoria University, Wellington, a permis de lancer Values Party, le premier parti vert national. Le terme Verts a été créé par les verts allemands, lors de leur première participation à une élection nationale en 1980

Les années 70-80 furent donc déterminantes. Ainsi en France, Réné Dumont est en quelquesort le premier écologiste à se présenter aux présidentielles…
Quelques exemples notables :
Les Verts de Londres : Les retours du début de campagne montrent qu’il y a une percée à Londres pour les Verts dans les élections locales qui se tiennent le 4 mai.
Les Verts Suisse : véritable parti Vert en position de force, les Verts suisses ont obtenu 7,4% des voix et constituent le plus grand des partis non gouvernementaux. De plus Daniel Brélaz, le maire Vert de Lausanne, vient d’être réélu dès le premier tour. Des Verts qui roulent à gauche tout en étant plus ou moins indépendants : Les Verts engrangeront des succès aussi longtemps que les partis du centre glisseront vers la droite, estime le politologue. : Les Verts auraient surtout gagné des voix chez les nouveaux électeurs, les abstentionnistes et les déçus du PS. Et récemment, ils auraient convaincu de plus en plus d’électeurs du centre droit…
– On peut aussi citer d’autres Verts Européens comme le fait ici http://absgar.canalblog.com
L’essentiel, pour les écologistes, étant d’aller au pouvoir pour, in fine, y être majoritaire et mettre en oeuvre un programme politique et une vision de la société. Les adversaires des écologistes sont aussi bien le laissez-faire libéral (OGM) que le productivisme étatiste (nucléaire). Des positions sur le fédéralisme de l’UE, sur le droit de vote des « étrangers », sur la protection de la biodiversité, sur la méfiance des OGM ou du nucléaire, sur une fiscalité plus « Verte », sur des transports plus écolos et une qualité de vie plus saine peuvent se retrouver en convergence avec la LCR en France, ou avec la droite en Autriche…
– Oups j’ai bien failli oublié les Verts Brésiliens !! Après l’élection de Lula en tant que président du Brésil en 2002, le Parti vert a été assigné au ministère de la culture, en la personne du chanteur Gilberto Gil (un chanteur 🙂 ).

Chez les Verts, la démocratie participative est un élément essentiel et qui peut se vivre à l’intérieur même du parti, ce qui de l’extérieur peut prendre l’allure d’un immense bordel…
Comme je l’ai dis plus haut je suis pour la démocratie participative. Mais je ne suis pas contre la démocratie représentative pour autant… Chacune à ses qualités et défauts, d’ailleurs les deux demandent la participation active des citoyens ! En effet je me refuse de laisser les clés à nos représentants, élu n’est pas un métier !! Chacun peut être élu… Et cette idée de participation est d’autant plus présente dans la démocratie participative car si vous n’y participez pas ce sont finalement toujours les mêmes qui parleront à votre place…

Les fondements d’une démocratie participative (au sens entendu pour un pays comme la Suisse) sont le droit de pétition, qui permet de fournir directement l’ initiative législative aux citoyens, et la concertation décentralisée, qui se traduit par des débats locaux traitant tant les décisions à cette échelle que celles ayant un impact national. L’objectif étant que toutes les mesures soient prises avec l’accord de la majorité des personnes concernées et dans le sens du « bien commun »
La démocratie participative est ainsi de plus en plus présente… D’ailleurs même notre ami Segolène Royal s’y est mis : http://www.democratie-participative.fr
On citera sinon la multiplication des conseils de quartier (et autres avatars) , par exemple sur Paris sous forte influence des Verts sur Delanoe…
Conseils de quartier qui permettent souvent (à condition qu’on participe) de très bonnes initiatives : Quelle politique de déplacements souhaitent les Parisiens ? Pour répondre à cette question, une concertation sans précédent a été mise en place. Le plan de déplacement de Paris (PDP) est en cours d’élaboration et, désormais, la vérité ne vient plus d’en haut
D’autres exemples du même genre sont à noter : ainsi lorsqu’on demande leur avis aux habitants pour installer des éoliennes nous avons des débats, puis des conclusions, …
http://www.vie-publique.fr/actualitevp/dossier/democratie_participative : La loi du 27 février 2002 sur la démocratie de proximité rend obligatoire pour les communes de plus de 80 000 habitants les conseils de quartier…
Comme on peut le voir il s’agit d’une piste très interessante à condition que les citoyens s’emparent de cette démocratie participative…

3 réponses sur “Verts dans le Monde et Démocratie Participative”

  1. des communistes certainement (meme si cela est assez étonnant) mais pour les socialistes je suis à peu pret certains que non (le PS n’était pas encore très fan de démocratie participative…) , d’ailleurs la vérité tiens dans : « La loi du 27 février 2002 sur la démocratie de proximité rend obligatoire pour les communes de plus de 80 000 habitants les conseils de quartier… » , une loi qui a donc été faites très tardivement dans un contexte difficile (les alliés de gauche s’entendaient de plus en plus mal surtout depuis les municipales de 2001 qui avaient mis sous pression les socialistes…)… Une loi mis en place par Vaillant mais apparement pris dans l’urgence si on lit ici : http://www.assemblee-nationale.fr/11/projets/pl3089.asp : et oui en 2001 quelques signes avant courreur commençait à apparaitre sur la désaffection de la politique et la future défaite de 2002…

  2. hey , metallah,
    merci de me citer. Ici, dans ma fac suédoise, les étudiants Verts ont encore enregistré des gains. C’est le cas de beaucoup de Verts en Europe et dans le monde (j’ai bon espoir que les verts entrent au gouvernement suisse, tchèque, autrichien, italien, suédois, français cette année ou l’année prochaine..) En tout cas, dans beaucoup de pays, il est clair qu’ils ont le vent en poupe.
    Quant à la démocratie participative, je suis tout à fait d’accord avec toi : les Verts ont participé à la reconstruction du local : ils sont issus des comités locaux des Amis de la Terre (comme celui de Paris), des luttes environnementales de quartier. Les Verts ont toujours défendu et mis en place la dméocratie participative et les conseils de quartier.
    Les communistes et les socialistes de la première gauche sont beaucoup plus sceptiques sur l’idée du local, et sont beaucoup plus centralistes ou méfiants envers les citoyens extérieurs aux partis, pendant longtemps…

Les commentaires sont fermés.