Un Grenelle du retard

« Notre » Président a donc parlé, la révolution écologique est en marche. Le Grenelle de l’Environnement, bien que mal parti, un peu rapide et mal organisé se « termine » sur un joli discours. Que peut on en dire ? Peut on être satisfait ? Si, malgré un flou notoire et quelques contradictions, on peut se féliciter des annonces sur les transports (et les autoroutes) et sur l’habitat, on regrettera les « non décisions » , les décisions qui ne sont que des rattrapages vis à vis de directives européennes et les mouvements de bras hautement médiatiques.
Petit retour plus ou moins détaillé…

Isabelle Delannoy Interviewée hier sur le Grenelle par Sylvain Lapoix de Marianne 2.

Comme je suis un gros flemmard je m’inspire en grandes parties des articles de Isabelle de Eco Echos.
Commençons par ce qui est finalement la trame principale de ce Grenelle de l’Environnement : rattraper son retard ! Comme la admirablement bien remarqué Isabelle : Dans la trame proposée par le gouvernement pour les négociations finales des Grenelle de l’environnement, les mesures phares proposées ne sont en fait que l’application stricte de directives européennes déjà obligatoires ou qui le seront bientôt. Chapeau bas devant cette habileté politique qui laisse croire que la France innove quand elle ne fait que suivre avec -encore- un wagon de retard, le train européen.

En réalité depuis des années nous payons des amendes records pour nos retards , nous nous faisons taper régulièrement sur les doigts…

Bâtiment ? : tout avait déjà été légiféré et accepté au niveau européen. Ironie de l’histoire, une semaine jour pour jour avant que la grand messe des négociations ne commence, la France -avec a Lettonie- se fait douloureusement taper sur les doigts par l’Europe, pour ne pas avoir encore introduit la législation européenne pour l’efficacité des bâtiments.

Transports ? : norme d’émission de CO2 par véhicule de 130g/km à 120g/km en 2012 ! Comme la directive européenne !

Ecoredevance sur le transport par camion. Là encore le débat des Grenelle débouche sur une directive européenne qui existait déjà

Une très importante partie de la trame du Grenelle n’est en réalité que rattrapage !
Avions nous besoin d’un Grenelle alors que légalement parlant nos députés auraient du mettre en place ces lois depuis des mois et des mois !

Comme le signale encore Isabelle : pour qu’il y ait rupture il faut des mesures réellement structurantes : Tant que l’on préféra l’avion et la route aux transports rails par exemple : notamment en terme de budget. Tant que l’on n’osera pas une vraie fiscalité (qui aide les ménages les mêmes aisés à participer à la révolution…) .
Alors il n’y aura pas réelle rupture…

Alors qu’en est il ? Bons points, mauvais points, …

La rupture semble sur les rails, le diable sera dans les détails : Isabelle (dont il faudra suivre les écrits ces prochains jours) revient justement en détail sur les mesures et décisions annoncées

Plan bâtiment : « des prêts moins chers que l’économie d’énergie engendrée par la rénovation »

Nous semblons rattraper notre retard européen et apparemment les « aides » semblent aller dans le bon sens puisque les foyers les moins aisés pourront apparemment en profiter…

4 milliards sur 12 ans pour les transports en commun

Nicolas Sarkozy a reconnu que la rupture de l’aide de l’Etat aux collectivités (décision du gouvernement UMP en 2003) avait été une erreur.
Les sommes annonces ne sont pas non plus énormes (quand on les compare à d’autres « investissements » qui semblent bien plus prioritaires… Mais c’est un début

« nous n’augmentons plus significativement les capacités routières et autoroutières »

Si le sens de la marche est à noter : le flou reste entier. C’est bien de reconnaitre qu’il faut une rupture ici : c’est encore plus étonnant quand cela vient de la bouche d’un gars de l’UMP.
Mais il faudra alors être précis.
Rendre prioritaire le rail est une bonne chose : attention toutefois à ne pas faire un peu trop dans le TGV de façon médiatique et spectaculaire (transformer des villes en cité dortoir est un des défauts du TGV : je préfère que l’on se concentre sur le fret ! …)

Comme le disent les Verts :

Aujourd’hui, veille du discours conclusif de Nicolas Sarkozy, Jean-Louis Borloo annonce l’abandon des projets autoroutiers à l’exception des contournements des villes et des points noirs.

Apparemment positive, cette annonce pourrait être inquiétante.

En France, sur la cinquantaine de grands projets routiers, la très grande majorité sont des contournements urbains. Pour le reste, il est fort à craindre que beaucoup d’autres soient qualifiés de « points noirs »… terme pour le moins subjectif.

Une écopastille avec prime à la casse pour l’achat des voitures

Là encore bon point. Ah si la gauche avait mis en place cela entre 1997 et 2002… Reste à voir également qu’elles seront les applications du côté des éco redevances sur les camions…

La recherche sur les biocarburants de 2eme génération est privilégiée

Sujet à suivre. Sarkozy dans son projet présidentiel, tout comme la FNSEA, parlait uniquement de la 1er génération (n’utilisant que la partie noble de la plante) .
On reste un peu dans le flou : continuons nous de faire dans la 1er génération ? (largement critiqué ces derniers mois)

Energies renouvelables :

renouvelable / nucléaire : un euro pour un euro

Fichtre si les renouvelables reçoivent autant d’argent que le nucléaire en reçoit (et quand est il de tout l’investissement déjà fait dans le nucléaire ? 😉 ) c’est une révolution…

« Porter la part d’électricité non carbonée à 95 % »

augmenter la part du nucléaire ou d’électricité renouvelable de 5 à 6 % avant 2020.
N. Sarkozy a d’autre part déclaré qu’il n’y aurait pas de création de nouveau site nucléaire.
Mais que faut il réellement comprendre ? Nouveaux EPR sur des sites existants déjà ? 😉
Renouvelable compensera la perte des 13 réacteurs qui arrivent en fin de vie avant 2002 (sur 58 existants)
L’éolien se semble pas vraiment du gout du gouvernement (sauf dans les friches industrielles) . Idem pour le photovoltaique (récemment réhaussée la TVA à 19,6 % pour la production dépassant l’autoconsommation)
Que doit on comprendre ?

1 petit milliard en 4 ans pour la recherche sur l’environnement dans sa totalité

Comme le signale également Isabelle : même EDF fait mieux : (dans sa pub) « chaque jour nous dépensons 1 million d’euros pour les énergies renouvelables » (=365 millions par an) faisait mieux, rien que sur l’électricité…

Déchet : du mieux par rapport au projet de campagne

Pas de moratoire sur les incinérateurs Mais il semble vouloir s’attaquer aux déchets à la source (allant plus loin que son projet présidentiel)

OGM :

Finalement Sarkozy a décidé de se moquer de nous en proposant un gel des semences (idée donnée par la FNSEA qui apparemment ne connait pas grand chose à l’agriculture puisque de toute manière il n’y aurait pas eu de semis…)

Attentons de voir ce que va donner les législations. Mais ce faux moratoire est clairemment du foutage de gueule !

Pesticides : une diminution de 50 % sur 10 ans sous réserve de solutions alternatives.

Grosse déception, la FNSEA ayant décidé que la productivité était plus importante que la qualité et la santé…

Plus généralement, mais est ce étonnant pour la France (dont on connait déjà les influences sur la PAC) , tout ce qui concerne l’Agriculture semble décevant…
Même la coordination rurale, le syndicat agricole le plus modéré, semble mécontent : « une occasion manquée de répondre aux grands défis du XXIe siècle »

Et la taxe carbone ?

Sarkozy renvoit la balle à l’Europe… Et ma foi pourquoi pas

Alors comme je l’annonçai il y a quelques jours encore est ce que ce Grenelle était joué d’avance ? Est ce que la rupture est là ?
Certaines de mes craintes restent entières…
Si nous avançons sur l’habitat il faut bien prendre en compte sur l’habitat manque cruellement de main d’oeuvre, ce qui peut avoir une répercussion sur les couts : l’offre et la demande… Quand sera t’il demain ?

Si nous avançons sur les transports : nous restons dans un flou certain. Et je ne me fais aucune illusion : ce sont les mêmes qui font les routes et les rails : ce qu’ils perdent d’un côté ils le gagnent de l’autre… Espérons juste qu’ils arretent de décider à notre place où on veut et peut investir…

Pour le nucléaire, comme pour les OGM pas de surprise… Quand aux agro carburants…

Pour l’Alliance pour la Planète le discours de Sarkozy montre des ambitions mais aussi des contradictions.

Passons justement aux premières réactions, qui se multiplieront les prochains jours :

Dominique Voynet :

Le gel des cultures OGM sera limité à l’hiver, c’est à dire à rien : même pas une mesurette, une non-décision ! Le rétro-pédalage sur les pesticides est un exemple saisissant : on annonce d’abord une mesure ambitieuse, puis on plie, en moins d’une heure, aux exigences des lobbies ! Résultat : aucune décision contraignante, ni même de date butoir. Et, finalement, le Président de la République annonce une mesure qui n’est que l’application des décisions du Parlement européen !

Les annonces sur l’agriculture biologique sont bienvenues, mais elles souffrent toujours d’un manque de cohérence : le même jour, le Ministre de l’Agriculture prévient qu’on ne touchera pas aux modalités françaises d’application de la PAC. Concrètement : les agriculteurs biologiques continueront d’être les plus mal soutenus des agriculteurs.

L’ancienne ministre de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement a exprimé sur RTL jeudi son désarroi, entre d’un côté « Jean-Louis Borloo dont la bonne foi est manifeste » et de l’autre, « le groupe des parlementaires UMP » qui « lors du débat au parlement », a-t-elle dit, ont dénoncé le « bavardage » du Grenelle de l’environnement et ont annoncé leur intention de « monter au créneau pour vider les principales mesures de leur contenu ».

Elle résume assez bien dans le reste de son billet…

Cecile Duflot :

Commentant l’intervention de M. Sarkozy, elle a estimé que ses annonces ne constituaient qu' »un rattrapage par rapport aux autres pays de l’Union européenne » et que, de plus, « il y a les discours et les actes, et les discours ne supportent pas d’êtres trahis par les actes ».

Je rajouterai que finalement sur certains points, et d’une façon étonnante, les solutions qui apparaissent (mais seront elles appliqués ?) sont finalement des solutions proposées depuis des années par les Verts. On ne peut donc que féliciter un gouvernement de droite de reprendre des solutions des Verts. Quand sera t’il des applications réelles ?

La droite, comme une grosse partie de la gauche, disait : non ce n’est pas vrai, non vous écolos vous racontez des bétises.
Maintenant presque plus personne ne semble ignorer les problèmes…
Mieux une partie des solutions commence à être en partie considérées comme des bonnes solutions alors qu’elles étaient jugés comme ridicules, impossibles (…)

Les Verts :

Se réjouissant à tout le moins qu’une dizaine de Verts y participent à titre de membres d’ONG ou d’élus, le parti écologiste a mis en place un comité de suivi et d’évaluation des travaux. Une bonne partie de ses Journées d’été y avait d’ailleurs été consacrée.

Mais dans le même temps montait la suspicion sur l’aboutissement du processus.

Craintes selon eux fondées, les Verts dénonçant jeudi des avancées purement « formelles » sur des sujets essentiels, comme les OGM ou les autoroutes, et un « black-out » sur le nucléaire.

Pour le porte-parole Yann Wehrling, on dit abandonner les projets autoroutiers à l’exception de ceux visant « à contourner les villes ou éviter les points noirs », soit selon lui l’immense majorité.

Sur les OGM, on gèle les cultures jusqu’en janvier -une période où justement il n’y a pas de semis- et on laisse la porte ouverte à l’expérimentation en plein champ, que les Verts refusent.

Sur les pesticides, on veut réduire leur usage, mais sans se donner de calendrier, et sous réserve de trouver des « méthodes alternatives ».

« C’est quand on veut si on veut, autant dire rien », proteste la sénatrice Marie-Christine Blandin, vice-présidente du groupe de travail sur la bio-diversité.

On peut se réjouir que le Grenelle soit l’occasion de rattraper de façon tonitruante les obligations légales européennes que le France s’emploie à ne pas respecter depuis des années.

Souhaitons seulement que toutes ces mesures cruellement nécessaires ne soient pas victimes du syndrome de la loi sur le droit au logement – une belle annonce, puis une mesure concrète vidée de sa substance.

L’ensemble des mesures proposées par Nicolas Sarkozy sont séduisantes… à condition qu’elles soient mises en œuvre. En matière d’écologie, au-delà des mots, seuls comptent les actes. Jacques Chirac nous a déjà bercé voilà 5 ans avec une sérénade écolo, avec l’absence de résultats que l’on sait.

Le PS :

Le député du Gers, qui s’exprimait au nom du groupe, « salue la mobilisation que Jean-Louis Borloo a réussi à faire dans cette affaire et qui s’est traduite par une réussite ».

« A ce stade, nous continuons de nous avancer dans une direction qui convient, même si au fond j’ai le sentiment qu’on est passé aujourd’hui du Grenelle au +Noël de l’environnement+, puisque tout le monde trouve à peu près les cadeaux qu’il voulait au pied du sapin », a poursuivi M. Martin.

En « conclusion » je dirai :

Des bons objectifs, des solutions partielles allant dans le bon sens, mais un trop grand flou dans les financements et les aspects fiscaux malgré quelques bonnes idées notamment dans l’habitat et les transports…

A partir d’aujourd’hui

Personne, ni à droite ni à gauche, ne pourra dire aux écologistes, politiques ou associatifs, qu’ils sont alarmistes, que leurs solutions sont mauvaises, impossibles à réaliser (…)

A l’heure où j’écris : Les travaux de la dernière table ronde du Grenelle de l’environnement, consacrée notamment aux biocarburants et à la responsabilité environnementale des entreprises, ont repris vendredi matin

Pour notes amusées au passage : Borloo qui se radicalise :

« C’est pour dans trois-quatre ans. Il n’y aura plus un camion sur les autoroutes sur les longues distances », a-t-il dit sur RMC et BFM TV. Cette mesure radicale serait selon lui possible grâce au développement du « ferroutage », technique qui consiste à mettre les camions sur des trains.

« On met directement le camion sur un train, on construit des trains spéciaux. Ce sera absolument obligatoire », a ajouté le ministre. La mesure permet d’améliorer le confort des conducteurs, de réduire l’usure des camions et d’améliorer la vitesse commerciale.

Hum hum, il y a encore quelques jours n’importe quel député UMP aurait ri au nez d’un Vert qui aurait dis ça… Serait ce la rupture ?
Ou bien l’urgence écologique (à tout les niveaux, au delà du simple médiatique déréglement climatique) est elle qu’il devient vitale de réagir ? enfin…

5 réponses sur “Un Grenelle du retard”

  1. J’ai les mêmes préoccupations que toi. La rupture écolo c’est pas encore aujourd’hui, nous aurons encore à nous battre contre l’immobilisme et les discours de com mais bon si même l’UMP si met, tout est possible!

  2. Vert depuis 2001, jeune part le blog puisque créé en septembre de cette année, jeune par les idées, jeune par l’envie, jeune part.. bon tout ça pour te dire que presque 40 ans c’est plus jeune!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Page optimized by WP Minify WordPress Plugin