Réformons l’Education Nationale

Quelques idées jeter en vrac sur une hypothétique réforme de l’éducation nationale. Le Mammouth graisseux… Principales idées : supprimer le système des notes, meilleur perméabilité entre monde du travail et éducation, meilleur perméabilité entre les matières…

  • Un Prof doit il être uniquement Prof ? Et peut il l’être tout sa vie ?

– Tout le monde n’est pas apte à être un enseignant et à garder ce métier tout sa vie.
Il faut donc permettre une meilleur flexibilité et le passage d’un métier à un autre dans le monde de l’éducation ou même vers l’extérieur
– La Pratique permet de mieux apprendre mais aussi de mieux enseigner
Mes meilleurs profs ont souvent été des « professionnels » de leurs spécialités. Ou des passionnés (c’était leur loisir)… Les autres en restant malheureusement que très Théorique…
On en vient à mon idée et mon idéal d’avoir « plusieurs » métiers et de se partager ses temps de travail. Un professionnel du droit sera plus apte à enseigner du droit… Il faut donc permettre une perméabilité entre mode du travail et enseignement…
« Obliger » les enseignants à avoir un « autre » métier ? en rapport avec la matière qu’il enseigne… Faire venir des Intervenants extérieurs et en faire des enseignants…

Nous manquons de moyens financiers et humains. Pourquoi ne pas permettre à des intervenants extérieurs de consacrer une partie de leur temps à l’éducation et la formation d’autres personnes (et plus spécialement des enfants)

  • Permettre une perméabilité entre les matières :

Cela rejoint l’idée précédente car cela demande aux professeurs de ne pas être formaté et trop cadré dans une matière unique… On peut ainsi imaginer des cours multi matières avec plusieurs profs… On peut utiliser des maths ou de la svt en eps par exemple et la mise en commun d’un cours peut être interessant pour faire plus de pratique

  • Supprimer le système des Notes :

je suis contre les A, les AB, les B ou les C tout comme je suis contre les 20 , 18 , …
Tout cela est beaucoup trop subjectif, imprécis, donnant une moyenne flou… Je suis donc plutôt du côté de Professeur Jacquart car je suis contre une certaine compétition entre les élèves
Je suis pour l’acquisition des connaissances. Pas de note mais des connaissances acquises ou non… Des points beaucoup plus précis, à acquérir et que l’on aura acquis ou non… Ainsi pas de moyenne en math ou en français ou en vocabulaire…
Les parents bien que réticents face à la suppression des notes pourraient apprécier le fait d’avoir des précisions quand aux aptitudes et acquisitions de connaissances exacts de l’enfant

  • Supprimer le système des années scolaires et des redoublements :

Etant donné qu’on aura supprimé les notes on en arrive à une acquisition ou non de connaissances. Mais ces connaissances ne s’acquierent pas de manière unique pour chaque élève. Un enfant peut avoir besoin de 6 mois pour une connaissance mais de 15 mois pour une autre et encore de 2 mois pour une autre où il aurait des facilités… On voit ainsi l’absurdité du système scolaire où on fait une « moyenne » où on place des élèves dans une classe de même age (et souvent de même niveau pour éviter des perturbations) et où on réfléchit sur une année scolaire…
Chacun doit pouvoir apprendre à son rythme pour chaque acquisition de connaissance. Avançant plus rapidement sur certaines et prenant plus de temps sur d’autres. L’élève ne fait plus parti d’une classe unique mais suit plusieurs cours et donc on retrouve une meilleure mixité de « classe »… On peut bien entendu imaginer des « paliers » à passer : des ensembles de connaissances à acquérir, avant de passer à un prochain palier, regroupé par thème et matière pour éviter un trop grand écart entre les « matières » où l’élève est en avance et celles où il est en retard…
Mais l’idée est d’en finir avec les idées de matières, de moyennes (et notes), d’année scolaire de X semaines avec y vacances et x semaines de grandes vacances concluant l’année scolaire…

Un système à la « carte » sans être trop rigide et trop cadré permettant à chaque élève d’avancer à son rythme, de fréquenter plusieurs classes à la fois… De mettre en valeur ses forces et de corriger ses faiblesses pour ainsi le valoriser…
Dans un tel système sans note, sans année scolaire réel et sans classe unique le travail de groupe devra être mis en avant et même être la Norme. Le monde du travail (que l’on rendra plus perméable et auquel on sera plus perméable) est un monde où le travail en groupe est essentiel, il faut favoriser les travaux en groupe et faire le tour sur les avantages et difficultés de ces travaux en groupe…

Aujourd’hui vous aurez apprécié un billet politique où je suis force de proposition, je renouvelerai certainement l’expérience. J’attends vos remarques et idées, vos critiques aussi…

3 réponses sur “Réformons l’Education Nationale”

  1. Tu as je pense de bonnes idées mais je crois aussi que c’est un peu radical.
    Je crois que nous avons quand même besoin d’un respect des âges dans les classes car il n’y a pas que le niveau scolaire mais aussi le développement moral et intellectuel de chacun. Un enfant peut mettre peu de temps à apprendre les fonctions affines sans pour autant pouvoir se faire sa place parmis les grands….
    Je ne sais pas si je suis très claire mais je suis fatiguée…. 🙂

  2. Ca ne me paraît pas réalisable de mettre en place un système "à la carte" selon les facilités de chaque élève. Je rejoindrais tétitia sur le fait qu’à l’école, il n’y a pas que le problème de capacité intellectuelle mais un problème de maturité; on voit bien le problème avec des élèves qui sautent des classes et qui se laissent couler parce qu’ils ne sont pas intégrés dans leur classes…

    Pour les profs, c’est vrai qu’il y a un problème car ils ne sont jamais allés dans le monde du travail, ils restent enfermés dans le cycle scolaire et il serait effectivement intéressant qu’il y ait plus d’intervenants extérieurs, en prise direct avec le monde du travail. Moi je suis aussi pour un enseignant dont le métier serait d’enseigner que ce soit des maths ou du français (comme ça se fait dans d’autres pays), les profs devraient avoir une formation qui les apprennent à être pédagogue, à même de tenir une classe; il n’y a pas besoin d’avoir une licence de mathématiques pour faire le programme de maths de troisième, mieux vaut s’atteler à la pédagogie.

  3. Ton analyse et tes propositions sont intéressantes et je vais surement te faire plaisir … elles existent déjà. De plus en plus, l’évaluation est formative : on juge si un savoir (ou savoir-faire) est acquis, en cours d’acquisition ou non-acquis. C’est trés utilisé en école primaire, mais les parents ont beaucoup de mal avec ce système ! Au collège, le système utilisé est plus classique, ce qui fait que lorsqu’on utilises de nouveau l’évaluation formative aprés la troisième, les élèves eux mêmes sont un peu "déboussolés". Par contre, on ne peux pas se passer complètement de l’évaluation sommative (la note) car il faut bien a un moment donné se positionner et évaluer la somme de connaissances acquise.
    En ce qui concerne ce que tu appelles la "perméabilité" entre les matières, c’est ce que nous appelons "Projet Pluridiscilplinaire à Caractère Professionnel" ou encore "Travaux Personnels Encadrés". Ces travaux tournent autour d’un projet qui fait intervenir différentes matières, différent professeur et se gère en équipe.
    Enfin, en ce qui concerne la suppression des "années scolaires" pour mieux coller au rythme de l’élève, on s’en approche … Bon OK, on n’est pas encore là ou tu souhaiterai mais de plus en plus les diplomes ne se passent plus en "ponctuel" (épreuve à la fin de l’année), mais en CCF (Contrôle en Cours de Formation) c’est à dire que l’élève est évalué dés qu’il est prêt. Ce système a des bons et des mauvais côtés, on pourrais en discuter toute la nuit 🙂

Les commentaires sont fermés.