Quand la FNSEA dit “Nous les agriculteurs”

Je reprends en partie l’article de Isabelle de Eco-echo dont je salue le retour 🙂 .
Vous l’avez surement déjà remarqué : lorsque les media cherchent des positions d’agriculteurs, ils vont interviewer les  gros à de la FNSEA, pro-ogm, et qui répondent « nous les agriculteurs » ou ils vont voir José bové (Confédération paysanne) qui se situe à l’autre extrême… La FNSEA est syndicat majoritaire, la conf minoritaire et il y en a un troisième jamais interrogé, la Coordination rurale. Pourtant si on y regarde de plus près, et particulièrement sur les OGM , la FNSEA ne semble pas représenter l’avis de la majorité des agriculteurs (y compris dans ses propres encartés).

La Coordination rurale dénonce le manque de transparence autour des OGM. Sans compter le syndicat des agriculteurs biologiques, la FNAB, évidemment contre… Cela fait donc une majorité des « syndicats »…

Quand on les sonde, les agriculteurs ne semblent pas très pro OGM. En avril 2007, Juste avant l’élection présidentielle, le magazine Agriculture et nouvelles technologies a commandé un sondage à l’institut TLB : 57,5% des agriculteurs sondés se prononçaient pour un moratoire.

On ne peut donc que condamner et dénoncer la monopolisation de la parole agricole par la FNSEA !

Cela nous amène directement au pourquoi du rassemblement du 11 Octobre devant la SAFER :

En juin dernier la SAFER refuse l’agrandissement d’une installation Bio pour autoriser celle d’un elevage de Porcs qui compte deja 180 hectares

Stéphane, maraîcher bio à St Vaury (Creuse) sur 1.87 ha, dépose le mois dernier un dossier pour racheter 3 ha d’une exploitation de 50 ha voisine de la sienne, et en vente à la SAFER. A souligner qu’avec 1.87 ha, Stéphane n’est même pas considéré comme agriculteur, d’où pour lui le double intérêt de la démarche.

Face à lui, un GAEC conventionnel (élevage de porcs) de 180 ha qui veut s’agrandir, et qui demande l’intégralité.

Verdict en comité technique SAFER le 25 juin dernier : le GAEC rafle tout, avec 12 voix pour, une abstention (les JA) et une contre (la conf).

Après avoir alerté la presse dès le lendemain (19-20 de jeudi sur FR3 région), GABLIM (Groupement des Agrobiologistes du Limousin) a décidé de se mobiliser sur le terrain pour sensibiliser l’opinion et les pouvoirs publics sur ce problème, en manifestant pacifiquement mercredi 4 juillet sur le lieu du litige.

Nous voici arrivé quelques mois plus tard.

Trois mois jour pour jour après notre première mobilisation à St Vaury, le compte n’y est toujours pas.

Alors que Stéphane Rozet avait obtenu en août l’autorisation par le Président de la SAFER, et devant les autorités préfectorales de Creuse, de se porter candidat sur l’ensemble de la propriété (50 ha), la SAFER continue de se moquer de lui, et de faire fi des recommandations de la DRAF et des mises en garde du Conseil Régional.

La SAFER a décidé d’attribuer à Stéphane Rozet la partie la moins valorisable de la propriété. Sur les 14 ha qu’ils prétendent en effet lui proposer, seuls 2 ha environ sont directement exploitables, le reste étant composé de bois marécageux et de lande, sans accès direct à l’eau, sans chemin d’accès, loin des parcelles qu’il possède déjà, et toujours sans les fameux 3 ha réclamés depuis le départ…

Affaire à suivre ! Merci de transmettre !!

2 réponses sur “Quand la FNSEA dit “Nous les agriculteurs””

  1. tout simplement parce que la FNSEA a plutot tendance à écouter ses « gros propriétaires / agriculteurs » (gros producteur de mais par exemple) plutôt que la majorité des encartés… un peu comme le MEDEF 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.