Pourquoi je ne voterai pas pour…

Parmi les nombreuses bonnes raisons de voter Europe Ecologie, j’ai tout simplement des arguments qui m’inciteraient à ne pas voter pour les autres listes. A droite comme à gauche. Petit tour d’horizon incomplet et partisan…
Toutefois avant de commencer je souhaiterai dire que même si je veux un groupe « Verts Européens » le plus fort possible , je suis également favorable à l’élection de tout député européen favorable à une coalition alternative à la précédente . On en trouve au sein du NPA, du Front de Gauche, du PS principalement (et même certainement du Modem ?)
Mais tous doivent alors prendre leurs responsabilités !
Voir devront quitter leurs groupes politiques en juin prochain  (là je pense surtout au PS et au Modem) si ils sont réellement cohérents vis à vis de leurs actuels groupes politiques…
Notons que pour Médiapart c’est simple : les européennes tout le monde s’en fout ou presque

Petite correction en passant : les propos intolérables de Bayrou (complot des sondages, soupçons contre Eva Joly, et surtout propos contre Dany Cohn Bendit) mais aussi quelques attaques de dernière semaine (venant de toute part) m’incitent à être moins indulgent !!!

NPA :
Besancenot ne sera pas tête de liste. Mais le NPA peut profiter de son « aura médiatique ».
Parmi les têtes de liste le choix a été fait de présenter en majorité des « ouvriers » têtes de liste. Pourquoi pas.
Mais une des têtes de liste Jennar, menteur professionnel et renouvelé dans l’écosocialisme (malgré l’échec à se faire entendre des « plus ecolos » au sein du NPA), jette un froid sur les qualités éventuelles des listes NPA : ce dernier a régulièrement multiplié les approximations et mensonges contre Les Verts, je pense notamment en 2005 en accusant ces derniers d’avoir voté la fameuse directive Bolkestein (un gros mensonge parmi d’autres malheureusement)

Rappelons que LO comme la LCR (et quelques communistes absents !) par leurs votes ont mis en échec il y a quelques années une possibilité de mettre en application une taxe Tobin en Europe. (taxation des transactions monétaires internationales )
Leurs arguments se valent tout à fait cependant voici ce qu’en disaient ATTAC en 2000 :

« Il s’en est donc fallu de très peu que la résolution ne recueille une majorité : il aurait suffi pour cela que les 3 voix  « contre » de LO et l’abstention de l’élu de la LCR se transforment en votes « pour ». Le Bureau d’ATTAC regrette vivement que, chez ces élus,  des considérations secondaires (les attendus de la résolution qui, effectivement, ne correspondent pas à sa vision de la globalisation) aient ainsi pris le pas sur l’essentiel : l’enclenchement d’un processus mettant pour de bon la taxe Tobin à l’ordre du jour du calendrier européen »

FRONT DE GAUCHE :
Principalement constitué du Parti de Gauche de Mélenchon et du PCF , c’est une alliance relativement cohérente.
Le choix a été fait de rabacher sans cesse « TCE » Traité de Lisbonne » (histoire de faire oublier que certains tels que Mélenchon ont pu flirter avec le « libéralisme » : soutien au traité de Maastricht, alliance avec Fabius au sein du PS…)
Malheureusement Mélenchon semble user de tout son poids dans cette alliance.
Au point que le PCF semble disparaitre derrière lui.
Et cela semble gommer toutes les évolutions positives du PCF vers une « refondation ».
Les propos populistes de Mélenchon se multiplient et il semble préférer prendre exemple sur certaines « gauches de gauches » populistes européennes (dérapant trop souvent vers le nationalisme voir des propos xénophobes ») plutôt qu’exemple sur des « communistes refondés » européens.
Le « les moines tibétains sont plusieurs milliers de bons à rien » commence à faire beaucoup après les « « Les nouveaux entrants… qu’ils aillent se faire foutre ! Les Lituaniens ? T’en connais un, toi, de Lituanien ? Moi, j’en connais pas ! » » (en 2005 : Versac y revenait car bien souvent Mélenchon trouve le moment de justifier l’injustifiable : comme il l’a fait avec le Tibet et la Chine à maintes reprises…) , sans compter de trop nombreux propos insultants envers les régionalistes ou encore tout ce qui serait pas assez « anti clérical » (laicité virant à l’athéisme anti religion ?) ou « anti américain » à son gout…

Pour ce qui est du « programme » je regrette des oublis et approximations même si (comme pour LO, et le NPA) cela reste des programmes « communistes » ou « socialistes » sans grande innovation selon les points de vue. Pour moi Mélenchon (le futur « nouveau Chevènement » ? risque de devenir un « boulet » pour le PCF et c’est fort dommage…)

LE PS :
Je tiens à rappeler que malgré d’excellents scores en 2004, et un nombre de députés relativement conséquent. Le PS français n’a pas pu (ou su ?) user de tout son poids pour former une coalition alternative permettant une autre majorité et donc probablement une autre Commission…
Nous avons alors encore vécu sous coalition PSE-PPE soit « sociaux démocrates » et « droite européenne » (groupes où sont le PS et l’UMP) et donc le choix de Barroso comme président de la Commission. Et c’est Le parlement européen et notamment le PSE qui a une grande responsabilité là dedans.

Dès le mercredi 16 juin (2004) au soir, le groupe des Verts et le groupe centriste proposaient un ticket « Rocard-Geremek » pour la présidence du Parlement. Eh bien, non ! Dans la nuit, le PSE décidait de partager la présidence et les postes avec la droite (le Parti populaire européen), proposant pour la présidence un socialiste (initialement un blairiste, puis l’Espagnol Josep Borell) et, à partir de 2007, le leader de la droite allemande, Hans-Gert Poettering.

On peut d’ailleurs que Les Verts Européens (et quelques socialistes, communistes…) avaient été les seuls à réellement lutter contre le choix de Barroso en 2004.
Puis même si Le Parlement Européen avait d’ailleurs mis en échec provisoirement une partie des choix des autres commissaires européens. Ensuite La Commission Barroso avait été approuvé par le PPE, le PSE, Les libéraux (Udf devenu Modem) et une partie de l’extreme droite : Les Verts , la Gauche Unitaire européenne, les eurosceptiques d’Indépendance/Démocratie et les non-inscrits (dont le Front National français) ont voté contre (tout comme quelques rares socialistes).
Une autre coalition était possible allant d’une partie de la gauche unitaire européenne (communistes) à une partie des « libéraux européens » (udf puis modem) en passant par le PSE (socialistes) et Les Verts.

Si en juin le PS français membre du PSE suit une fois de plus le choix de ce dernier (pour le moment en majorité favorable à une nouvelle coalition PSE PPE et à la reconduite de Barroso) , les députés européens socialistes français devront en tirer des conclusions !
En sont ils capables ?

Comme le dit Médiapart : Comme si le PS était toujours le seul parti malade du TCE. Comme si elle n’en avait rien à faire de l’Europe. Là aussi les plus mauvais et absentéistes des députés français (Peillon, Hamont, Le Foll, Henri Weber) ont été reconduits au dépens de leurs collègues les plus actifs (Marie-Noëlle Lienman, Marie-Arlette Carlotti)

Toutefois je dois dire que j’aime bien ce site : où on retrouve des arguments interessants des combats menés au parlement européen (et des votes de chacun…)

LE MODEM :
l’UDF devenu le MODEM fait partis du groupe ALDE soit l’alliance des démocrates et des libéraux européens. Un groupe où on retrouve de nombreux ultra libéraux votant très régulièrement des politiques de droite et ultra libérales. En clair malgré toute l’humanisme franco française de Bayrou , régulièrement le Modem votent avec l’UMP au niveau européen ! (directive retour sur l’immigration, vote anti ecolo et pro lobby polluent : REACH, les émissions de CO2 et bien d’autres…)
Comme le dit très bien Dany Cohn Bendit il y a de la schizophrénie dans tout ça. La schizophrénie est encore plus grande chez les « ecolos autorevendiqués » que l’on retrouve au Modem : Corinne Lepage, Jean Luc Benhammias ou Yann Wherling par exemple… Si ils sont élus siégeront ils avec les libéraux ?

Le Modem à la même gêne (que le PS) face à Barroso soutenu par les libéraux du Parlement européen selon Médiapart.

UMP : faut dire expliquer pourquoi je ne voterai pas UMP ? Seul Michel Barnier fait campagne dans son coin. Le reste du parti a les yeux fixés sur les régionales. La perspective de gagner trois eurodéputés est moins interessante que celle de regagner une dizaine de régions. L’UMP connaît ainsi déjà ses têtes de listes pour les régionales de mars 2010, sans avoir l’ensemble des candidats éligibles aux européennes de juin 2009
(j’ai écris ça ya plusieurs semaines 😉 mais ça reste vrai)

Pour le reste je ne vais pas m’étendre sur les politiques de l’UMP, et je ne ferai pas beaucoup plus de commentaires sur le reste de la droite et de l’extreme droite, vous vous doutez bien pourquoi je ne pourrai jamais voter pour eux…

LIBERTAS : l’alliance De Villiers et de la CPNT ou comment montrer son bout de son nez de temps en temps… On finirait par se demander si De Villiers comme CPNT ne sont pas des alliés objectifs de la droite pour amoindrir les scores éventuels d’autres concurrents souverainistes (Dupont Aignan) ou d’extremes droites (Front National…)
De Villiers est l’un des députés européens les plus absents du parlement européen.

FRONT NATIONAL : là encore faut il expliquer ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.