Médias et Politiques : Ségolène, Sarkozy et les autres

Depuis quelques semaines déjà la toile s’embale autour de plusieurs événements où on est en droit de s’inquiéter face à la suppression ou la censure de certaines émissions… On retrouve finalement peu à peu très peu de médias et journalistes sérieux et plusieurs phénomènes médiatiques relativement agaçant. Les médias semblent se jouer de nous, souvent plus occupé à traiter de sujets à sensation qu’à analyser finement la politique, à donner la parole de façon neutre et proportionnelle… Je reviendrai donc entre autre sur plusieurs sujets : les Verts et leur absence dans les médias, Segolène et la bulle médiatique pédophilie, et bien entendu on commencera par le passage de Bayrou chez John Paul Lepers.

BAYROU SORT SES GRIFFES
envoyé par latelelibre
John Paul Lepers nous laisse donc écouter un Bayrou plutôt combatif et comme beaucoup d’autres personnes cela finit par me convaincre que le petit Bayrou va se faire une place lors de ces présidentielles.
Pour finir par se convaincre de l’inégalité face au média il suffit de lire quelques autres articles notamment chez « Le Monde Citoyen » : Jean Véronis a profité de cette polémique pour comptabiliser dans la presse quotidienne le nombre d’articles mentionnant les « prétendants » à l’Elysée en fonction de leur appartenance.

Je me suis posé la question de ce qu’il en était dans la presse quotidienne, du moins dans les quatre grands quotidiens que je suis régulièrement dans Presse 2007. Les chiffres depuis le 31 juillet sont les suivants, en nombre d’articles mentionnant les « prétendants » à l’Elysée en fonction de leur appartenance :
Formation Articles
UMP 740
PS 481
UDF 75

On voit que l’UMP domine de très loin les autres partis. Mais, les candidats potentiels (Sarkozy, Villepin, Chirac, Alliot-Marie) sont aussi membres de l’exécutif : il est donc logique que leur nom apparaisse plus fréquemment. Il y a en gros un rapport de 1 à 10 entre l’UDF et l’UMP et de 1 à 6 entre l’UDF et le PS. L’UDF est à peu près au niveau de citation du PC, de l’extrême-gauche trotskyste (LO + LCR), du FN, des Verts et de José Bové, qui arrive, étonnamment, à se placer en tête des « petites » formations, UDF comprise.

Formation Articles Bové 77
LCR+LO 75
PC 71
FN 64
Verts 50

On peut donc s’étonner de la place accorder aux deux principaux partis, et de la moindre place accordé à l’UDF et au FN, malgré leurs scores…
On peut également s’étonner du tout petit nombre d’articles accordés aux Verts. Sachant que la majorité de ces articles sont souvent caricaturaux et s’amusant de quelques minoritaires, on voit comment ils sont traités… et quelle place leur est donnée pour parler de leur programme réel… En même temps vous savez déjà mon avis là dessus étant donné l’article que j’avais fait « Le Monde contre les Verts ? »
Enfin je m’étonne de la place donnée à l’extreme gauche ou à la gauche de la gauche, notamment Bové… :
Bové + LCR+LO + PC : 77+75+71 : 223 !!
La gauche de la gauche fait finalement office de 3ème parti médiatisé, ce qui est finalement très étrange proportionnelement à leur score, et au fait qu’ils disent être baillonnés ou trop peu médiatisés… D’ailleurs cela m’amuse beaucoup quand je lis cette article plutot pas mal du Plan B On y parle notamment d’un passage de Besancenot chez Ruquier… et du jeu média/extreme gauche…

Depuis 2002, la Ligue communiste révolutionnaire (LCR) a noué avec les grands médias une idylle bouleversante. Comment un parti révolutionnaire se persuade-t-il que la presse bourgeoise est une presse amie ?

C’est finalement ceux qui se plaignent le moins qui sont le plus à plaindre, c’est ce que laissait entendre Bayrou qui a fini par gueuler, certainement agacé par cette absence de diversité…

Je reviendrai enfin sur une petite pique lancée à Ségolène, désolé à ses fans, mais ma mémoire fonctionnant à fond, je dois dire que après son côté conservateur qui avait fait supprimé Dorothée de nos chaines, c’est son passé médiatique autour de la pédophilie qui me dérange.
Finalement ce n’est pas ce que j’ai entendu récemment qui m’a le plus choqué, d’ailleurs j’ai pris sa défense à plusieurs reprises. Non ce qui me choque c’est son passé liée au média. Ce qui fait d’elle un personnage assez proche de Sarkozy dans son gout pour les bulles médiatiques
Je veux bien croire que Segolène se veut une protectrice de l’enfant, mais l’accumulation de ces thèmes, la médiatisation de ceux ci m’avaient profondément agacé il y a quelques années… Dessins et films jugés trop violents, jeux vidéos, jeux de rôle, Familles de France, association des plus douteuses, avaient oeuvré, presque de concert avec miss Royal..
A celà s’ajoute donc l’épisode : surmédiatisation de la pédophilie dont Luc parle très bien sur son blog :

Fin de l’année scolaire 1997, un élève du collège de Montmirail accuse son professeur d’EPS d’attouchements sexuels. Les parents portent plainte. Alors que l’accusé, Bernard Hanse, demandait une confrontation avec l’élève, les parents de l’enfant ne viennent pas à cette réunion. Le principal du collège décide donc de saisir la justice. Le 10 Juin, quelques heures après la confrontation avortée, une fois le fax envoyé par le principal au procureur, Bernard Hanse met fin à ses jours.

Dès le lendemain, Ségolène Royal s’empare alors de l’affaire Hanse, balançant sur les ondes que l’affaire n’est pas finie. Que l’enfant s’est peut-être rétracté sous la pression des adultes. Par cette intervention, Ségolène Royal outrepasse son devoir de réserve du à sa fonction de ministre. Alors qu’elle ne connait rien du dossier, qu’elle n’est ni avocate, ni procureure, ni enquêtrice.

Cette affaire est finalement à mettre en parallèle avec un contexte évidemment mais aussi une autre affaire plus récente, celle d’Outreau, dont j’avais déjà parlé ici… Où les médias ont eu leur part de responsabilité ! De très grandes responsabilités !! Il est trop facile pour eux, mais également pour des politiques telles que Segolène Royal, de rejetter la faute sur un unique homme, le juge…
Finalement Segolène comme Sarkozy, mais aussi comme bien d’autres à gauche, à droite, à l’extreme droite, et bien entendu à la gauche de la gauche, s’amuse à jouer des muscles dans les médias… Les journalistes s’en amusent, les bulles médiatques se forment et se déforment et beaucoup d’entre nous oublie les passés des uns et des autres, les propos des uns et des autres…
Pas étonnant qu’un Le Pen, malgré ses nombreux propos honteux, son passé, arrive à faire de tel score, pas étonnant qu’un Chirac arrive à devenir par 2 fois président, qu’un Sarkozy bruyant et agitant les bras brille dans les sondages comme une Segolène que les médias ont monté artificiellement mais pas seulement (puisque les attaques dont elle a été la cible, son habilité à comprendre les citoyens et leurs besoins, ont fini par rendre réelle l’artifice du départ)
Pas étonnant également que les Verts soient caricaturés, bon ok des fois ils le méritent, et que les médias médiatisent plus souvent les conneries des uns et des autres, les divisions provoquées par quelques minoritaires (phénomène Bové par exemple), les phrases et sujets à sensation : la drogue et le sexe font vendre…

11 réponses sur “Médias et Politiques : Ségolène, Sarkozy et les autres”

  1. Les médias sont les médias, certes, mais encore?
    Quid du lecteur/spectateur/audideur qui jusqu’à preuve du contraire est libre de lire/regarder/écouter le média qu’il souhaite ? Quid du libre arbitre ? Il est en effet très confortable d’accabler les politiques et les médias, mais n’est-ce pas une façon simplement "polie" de prendre gentiement le lecteur/spectateur/auditeur pour un bennet malléable et décérébré prêt à gober tout ce qu’on lui donne en pâture…Les médias qui marchent sont ceux qui vendent. Personne n’est obligé d’acheter un média qui ne lui convient pas. So ?

    De plus la subjectivité n’est-elle pas l’essence même des médias ? Pourquoi fustiger la caricature faite selon toi aux Verts par certains journaux, alors qu’en lisant -par exemple- tes billets sur Ségo à travers la lorgnette de l’"affaire" du Club Dorothée et de cettte affaire isolée de pédophilie, je pourrai te reprocher la même chose à son égare ?

    La neutralité et la pertinence des médias ? Belle affaire, dont je suis le premier à m’offusquer mais que faire ? Les médias sont partiaux et traitent superficiellement les sujets politiques ? Oui. Mais que veux-tu ? Plus d’analyse politique dans les médias ?
    Bien.
    Le problème est que l’analyse politique reste très subjective et ne peut se faire par définition qu’au travers de ses propres convictions. Donc au détriment de la neutralité.
    Demander plus de neutralité et plus d’analyse dans le traitement médiatique de la politique est à mon avis complètement contradictoire : la neutralité ne pourrait se faire qu’en interdisant la presse d’opinion, mais la pertinence et la richesse de l’analyse qu’en la multipliant…

  2. Sauf que les journalistes sont sensés avoir une déontologie, je ne suis pas journaliste, et je ne suis pas lu par mes milliers de lecteur…. le lecteur est libre de lire et écouter, tout à fait, mais pourquoi ya t’il alors des déséquilibres plus qu’importants et allant dans le sens d’un bipartisme, chose que Bayrou finalement explique assez bien… si tu prends l’exemple de Segolène je te rappele que j’ai déjà analysé le côté où je l’ai défendu, j’ai donc décidé de prendre le parti adverse en faisant bien attention de ne pas faire une redite médiatique… concernant les Verts c’est selon moi un acharnement, il est plus que visible au niveau du journal « Le Monde » et il n’a rien de neutre là dedans, comme il n’y a rien de neutre autour de l’acharnement à ne rien dire sur Segolène mis à part que c’est une femme, qu’elle est belle et qu’elle est trop forte dans les sondages (il est certainement plus interessant de l’écouter, que d’écouter ce que rapporte les médias)… vive donc les bulles médiatiques où les médias se plaisent à se raconter des histoires qu’ils montent et démontent tout seul, je me fais d’ailleurs aucun soucis sur Segolène, le démontage a commencé, nos chers médias vont à présent à démonter après l’avoir remis en avant artificiellement… les médias sont souvent interessants que par eux même et à jouer à se faire peur (ils me font souvent penser à des extremistes de gauche quelquepart)….. concernant la contradiction entre neutralité et analyse je ne suis pas en désaccord avec toi : d’ailleurs je suis plutot du côté de la multiplication médiatique… mais là tu en conviendras, depuis quelques années, nous avons à la fois absence de neutralité et absence de pertinence et de richesse d’analyse… c’est peut etre le fric qui commande car les médias ne parlent que de ce qui interessent le public, mais je crois également que les médias se permettent de donner toujours les memes soupes au public et d’imaginer que tel ou tel sujet n’est pas interessant et donc n’a pas sa place… en clair les médias ne parlent pas de certaines choses car ils supposent par avance que cela ne va interesser personne, et donc ne pas faire de fric…

  3. ça m’agace je fais toujours des gros patées quand j’écris dans les commentaires de mon blog, j’arrive pas à faire d’espace lol

  4. Sur ce point je ne suis pas d’accord : je pense que beaucoup de sujets sont peu traiter parce qu’ils intéressent réellement peu.
    D’ailleurs, globalement je pense que la politique intéresse peu les foules, surtout quand elle est dépouillée de sensationalisme/populisme/caricature…
    C’est triste mais à mon avis vrai.

  5. oui bien entendu qu’il y a des sujets qui interessent peu, mais on peut alors s’interroger au pourquoi, et est ce que cela a toujours été le cas ? notamment en politique en peu remarquer qu’il y a moins de militants qu’il y a quelques trentaines d’années (De Gaulle et d’autres faisaient plein de cartes)… On peut également remarque : 40 000 adhérents pour les Grünen, un peu moins de 10 000 désormais pour les Verts, mais un million pour SPD tandis que le PS estime colossal ses 200 000 adhérents. comme le dit Bix sur son blog : http://www.blogdebix.net/ … Il y a donc bien également une différence entre les pays…

  6. Effectivement, mais qu’en déduire ?
    Tu peux également rajouter que proportionnellement on compte moins de syndiqués qu’aux USA qu’en France…
    On pourrait aussi supposer qu’un traitement médiatique politique qui déplairait à la population, devrait en réaction, encourager les gens à s’investir dans les partis qu’ils estiment "baillonnés" par les médias…

  7. Je ne pense pas que les choses soient aussi automatiques… Au contraire je dirai plutot que si De Gaule faisait des cartes c’est surement parce qu’il savait jouer avec les médias et aussi avec le peuple (ses méthodes étaient finalement proches des méthodes de marketing politique américain, repris finalement par le ps et l’ump depuis quelques mois)

  8. Moi aussi, j’en i ras-le-bol que la voix ne soit laissée qu’à Sarko et Ségo; Je pense qu’il s’agit plutôt d’une paresse médiatique et de la peur de faire chuter les ventes si la une se fait sur Bayrou ou Voynet etc. Je ne suis pas si sûre que cela n’intéresse pas "le peuple". Rappelons nous du referendum : des medias quasi exclusivement portés sur le Oui et une population qui a voté finalement majoritairement "non". j’ai l’impressions qu’il y a un décallage de plus en plus fort entre les choix rédactionnels des grands journaux et les préoccupations des Français.

  9. Tout à fait d’accord avec toi, yen a un peu marre de voir des journaux décider de ce qui est interessant ou pas… d’où une paresse médiatique : tout le monde finit par parler de la meme chose et se « copie »…

Les commentaires sont fermés.