Les Maitres de l’Univers –

Je vous gate cette semaine avec les maitres de l’univers et Aurore. Une Perle de Navet et un film en ce moment même en salle dans un genre dirons nous musical. Un film pour les petits garçons qui aiment les grosses épées et un autre pour les petites filles qui aiment les robes de danseuse…


Une perle que l’on retrouve ici http://www.nanarland.com/Chroniques/Main.php?id_film=maitresdelunivers , les maitres de l’univers est l’un de ces navets que l’on regarde pour rigoler un coup. Même si il n’arrive pas à la cheville du cultissime Fantom Kiler !
Les Maitres de l’Univers c’est d’abord des jouets ! Puis un dessin animé… Et enfin cette merveille pondue par Gary Goddard et surtout le Producteur Menahem Golan que je vous laisse découvrir par vous même… Nous retrouvons sinon perdu dans cette fabuleuse production miss Monica de Friends alias Courteney Cox toujours aussi nunuche.

Merveilleux décor, scénario type, … Vous resterez scotché par les répliques de Skeletor : “J’ose tout ce que je veux, je suis Skeletor !” et autres vannes qui valent le coup d’être entendu. Et ce pauvre Musclor incarné par un acteur que l’on a déjà aperçu dans Rocky 4 (ou 5 ? enfin bref dans un rôle de merde) , acteur si peu expressif et qui finalement colle parfaitement au role de ce gentil Musclor.
Non franchement ce n’est peut être pas la perle que l’on pouvait attendre mais ce mélange entre Stargate, Superman (surtout au niveau des musiques pour ces deux premiers) , star wars et heu un film de cape et d’épée est quand même de haut niveau.

Passons à Aurore. Vue hier soir même. Un film que j’aurai jamais vu normalement et qui finalement valait le coup d’oeil. Même si je suis déçu car je croyais que j’allais rigolé un coup avec un film de danseurs…
Mais non Aurore est un conte de fée tout à fait sérieux… Un royaume où la danse est banni… Un Roi joué par François Berléand et une reine par carole Bouquet. Une princesse qui aime dansé et qui ne respecte pas l’interdit… Un royaume ruinée… Le roi décide donc de trouver un prince lors de plusieurs bals organisés pour l’occasion…
C’est gentil, c’est joli. Nils Tavernier, fils de Bertrand, nous propose un joli moment où les scènes dansés ne choquent absolument pas et rentrer parfaitement dans le déroulement de l’histoire. Et pourtant je ne peux pas dire que je sois un amateur de danse…
La jolie petite blonde tombera amoureuse mais pas d’un prince… C’est courru d’avance même si je vous laisse les surprises de l’intrigue car tout ne se termine pas comme on pourrait le penser…
D’ailleurs le gars dont elle tombe amoureuse est clairement inexpressif et heureusement il danse mieux qu’il ne joue, même si ses collants lui rentrent dans les fesses…
Je m’attendai à pire et à beaucoup plus risible et à part quelques petites scènes peu réalistes et amusantes, vous ne rigolerez même pas. Et non vous serez transporté dans un petit conte de fée pas si mal fichu, qui change de l’ordinaire avec des danses qui ne sont même pas chorégraphiés par Kamel Ouali…

Une pensée sur “Les Maitres de l’Univers –”

  1. Quand Skeletor parle, tout le monde rit: sa propension à instiller la peur à son entourage n’a d’égal que l’intensité de la lueur d’intelligence dans le regard pétillant de Musclor. Vous allez rire c’est certain, mais peut-être pas autant que vous le pensez en reniflant pourtant le nanar à plusieurs parsecs, (unité métrique employée dans le film: n’oubliez pas que l’on parle des maîtres de l’univers) car si vous aurez l’occasion de vous moquer des costumes, des répliques qui tuent ou juste de Musclor, j’ai honte de dire que ça se laisse à peu près regarder. Finalement ça n’a pas plus vieilli que Conan. A voir pour le fun, par la sorcière!!

    Quant à Aurore, les dernières minutes sont tellement exécrables, que ça ne mérite même pas qu’on’en parle, bon je sais c’est pas bien d’être partial comme ça, mais quand même, ça en serait presque frustrant. Allez le voir vous m’en direz des nouvelles, tout va bien jusqu’au dernières minutes fatidiques où l’on bascule irrémédiablement du côté obscur, et où l’on se demande jusqu’où ira le réalisateur dans la mièvrerie nullissime, et croyez-moi il saura vous montrer durant ces quelques minutes de déconnexion cérébrale, qu’il peut toujours faire pire.

Les commentaires sont fermés.