LA MESSE EST DITE : REQUIEM POUR CO2PENHAGUE 2009

Luc Atundu, secrétaire générale du PECO (Parti Ecologiste Congolais) m’a soumis ce texte.
Analyse satirique sur l’echec de COP 15.  Texte satyrique mais aussi cris de colère d’une extreme justesse :
– le rôle des USA, la Chine et l’Inde (j’y reviendrai d’ici peu car il me semble un peu facile de mettre en accusation ces « pays » asiatiques alors que « nous » « occidentaux » nous y avons délocaliser « nos productions » pour « nos consommations », et donc « notre pollution » sans pour autant diminuer « localement » ces pollutions… ) .
– le rôle des pays producteurs d’énergies fossiles
– le rôle ou plutôt l’absence relative d’une Europe molle avec des dirigeants (Sarkozy en tête) jouant des bras en solo

Je vous livre donc ce texte :

LA MESSE EST DITE : REQUIEM POUR CO2PENHAGUE 2009!

Chers Verts d’Afrique et du monde,

Comme je l’avais pressenti dans toutes mes analyses précédentes sur la Conférence des Parties (COP 15) qui se tenait à Copenhague du 7 au 18 décembre 2009, ce grand cirque climatique s’est soldé par un fiasco.

C’est comme ça se dit au cirque : ‘’plus on est nombreux, plus on est fou et mieux on s’amuse’’.

C’est exactement ce qui s’est passé au cours cette rencontre où la démesure donnait, d’entrée de jeu, la mesure de l’extravagance de cette foire internationale où le climat a démasqué la mauvaise foi des uns et les limites politiques des autres.

Plus de 190 pays représentés, plus de 15.000 délégués, plus de 15.000 représentants des ONGs, peut-être 30.000 activistes si pas plus, des milliers de policiers, sans compter les prostituées qui avait réclamé leur droit à exercer un métier reconnu et taxé par l’Etat !

Bref, tout ce qu’il faut pour surchauffer les esprits et les corps des négociateurs ainsi que le climat de la capitale danoise.

Comment peut-t-on comprendre qu’une question éminemment scientifique se traite avec autant de désinvolture par les décideurs politiques qui se comportent en véritables alchimistes des temps modernes!

Où sont passés les économistes et les scientifiques du GIEC, eux qui connaissent les vérités des faits et des chiffres?

Fameux GIEC dont le silence sonne faux et n’augure rien de bon pour l’avenir de la planète !

En sa qualité d’autorité scientifique de la Convention Cadre des Nations Unies sur le Changement Climatique, le GIEC devait ne fût-ce qu’émettre, à l’attention de l’opinion internationale, certaines réserves sur les prétentions empiriques des USA, superpuissance qui accuse un retard énorme dans la recherche des alternatives aux énergies fossiles !

N’y a-t-il pas une main invisible des lobbys pétroliers arabes pour qui les pertes seront faramineuses en cas de résolutions contraignantes sur les émissions des GES (produits par la combustion des hydrocarbures)?

Tout s’est passé comme si de simples déclamations chiffrées sans fondements scientifiques, ni économiques, suffisaient à elles seules à faire réduire instantanément les émissions des GES des pollueurs selon leur bon vouloir…20%, 30%, 50% par rapport à l’année 1990 ou 2005… !

C’est ce cynisme froid et cette théâtralisation arrogante qui choquent !

Bella Center où se déroulait COP 15 était devenu un ‘’beau’’ centre international de marchandisation éhontée du climat futur de notre planète, sous la houlette des mauvais élèves de l’écologie dont les USA, la Chine et l’Inde. Face à ce trio redoutable, le vieux continent a fait piètre figure et a joué un vieux jeu.

Avec une lourde responsabilité historique entre les bras, l’Europe, s’est mise hors jeu d’elle-même du fait de sa conscience surchargée!

Malgré ses gesticulations, SARKOZY a fait figure de star déchue du showbiz politique et son leadership n’a pas pu influencer le cours des négociations.

Vu sous un angle ‘’western’’, le Lucky Luke ‘’Obama’ et ses frères daltons aux yeux bridés ont tiré plus vite que leurs ombres ; ce qui n’a pas laissé du temps au coq français de dégainer son papier ‘’Justice-Climat’’ !

Pour sa part, l’Afrique, habituée au ridicule n’a pas dérogé à la règle qui est la sienne c’est-à-dire l’impréparation chronique et l’inefficacité dans les négociations internationales!

Sans tenir compte du niveau international de la compétition, elle a aligné une équipe de figurants aphones, tous rangés comme un seul homme derrière un porte-parole dont la voix ne porte pas dans la problématique Forêt-Climat, seul enjeu concrètement négociable par les africains en général et plus particulièrement par ceux du Bassin du Congo.

En bon dernier de la compétition, les pollueurs ont décerné à l’équipe africaine une cuillère de bois (tropical !) sous la forme de 50 millions de Dollars à partager entre l’éthiopien et ses frères ‘’cocus’’ …puisqu’ils sont dans la corne de l’Afrique !

Pour corriger ce mauvais casting et sauver les meubles (en bois tropicaux), l’Afrique du Sud a récupéré unilatéralement le leadership continental et s’est invité à la table des négociations avec les USA, la Chine, le Brésil, voulant ainsi donner une dimension plus ambitieuses à l’Afrique pauvre.

Zuma a ainsi laissé au bord de la route climatique, le Premier Ministre éthiopien et son ‘’dream team’’ qui peuvent continuer à rêver et à espérer une aide de 100 milliards de dollars promis par les pays industrialisés aux pays pauvres, montant à verser dans…4.015 jours c’est-à-dire à partir de 2020 !!!

Un peu de patience, chers pauvres anonymes, tenez bon !

Dommage, c’était décembre mais le père NOEL n’avait pas pu atterrir à l’aéroport de COPENHAGUE suite au mauvais temps !

Les cadeaux…euh…les aides, c’est pour Noël 2020 à condition que vos cheminées de sous-développés ne dégagent pas trop de CO2 !

Diable ! Qui a eu l’idée de l’inviter sans avoir au préalable consulté cette météo modifié par l’homme?

Hélas, comme chantait un célèbre reggaeman jamaïcain : « There are more questions than answers…… ».

Il y avait plus de questions que de réponses dans la ville de la sirène !

Revenons sur la terre de nos ancêtres pour constater qu’aucune fois, mes oreilles n’ont entendu parler du ‘’BASSIN DU CONGO’’.

Je n’en crois pas mes yeux !

Quel scandale, Messieurs les négociateurs de la RDC !

Ces ‘’migrants climatiques africains’’ ont été délégués à Copenhague juste pour occasionner un surplus d’émissions de GES par le chauffage de leurs chambres en ce rude hiver nordique.

Les fils de l’Afrique Centrale, congolais en tête, en bons rêveurs, ont prouvé les limites de leur capacité à négocier l’adaptation climatique à l’échelle planétaire.

Le Président National du Parti Ecologiste Congolais (PECO) et Ministre honoraire de l’Environnement, Monsieur DIDACE PEMBE BOKIAGA, avait dès le début boycotté COP 15 à cause de l’impréparation de la délégation congolaise ainsi que de l’ambigüité qui a caractérisé les attitudes des vrais acteurs de ce grand théâtre ‘’Climat-Energie-Développement’’, à savoir les USA et la Chine, les deux plus gros pollueurs de notre planète.

Dans son rôle de tireur d’alarme écologiste, le PECO est monté plus d’une fois au créneau pour dénoncer l’impréparation et le manque de vision des Gouvernants congolais en charge de l’Environnement mais n’a rencontré que l’outrecuidance des experts de ce ministère sectoriel.

C’est ce manque de pragmatisme et de réalisme des institutions congolaises que le Président Joseph KABILA venait de dénoncer vertement dans son discours sur l’Etat de la Nation devant le parlement réuni en congrès quand il avait parlé… des experts qui vont d’études en études… !

Comme l’avait déjà annoncé Monsieur DIDACE PEMBE, la bataille de copenhague étant perdue d’avance, d’orès et déjà, préparons nous pour la guerre climatique de l’Après-Kyoto dont les négociations vont se tenir à BONN dans 6 mois et se clôturer, inch’allah, en décembre 2010 à Mexico.

Enfin, je tiens à relever le silence assourdissant des organisations féminines, elles qui nous ont habituées aux engagements musclés quand il s’agit de défendre les causes nobles.

Est-ce que l’intuition féminine avait déjà fait comprendre à nos braves mères et sœurs, l’inéluctabilité de l’échec total de COP 15 ?

Malgré cela, je ne pense pas que ce soit une raison suffisante pour zapper le climat !

Quant aux jeunes, Chapeau ! On vous a vu au four et au moulin.

Vous avez fait l’essentiel c’est-à-dire vous avez pris vos responsabilités en étant que futurs gestionnaires de la planète, en dénonçant les comportements irresponsables des acteurs de la génération présente ! On vous a bien vu, bravo !!

Chers écologistes et amis de la nature,

Que dire d’autre, sinon que Cet article est la dernière analyse qui clôture mes réflexions sur COP 15.

Je rédige cette conclusion à chaud !

Bientôt, nous allons mener ensemble avec vous des réflexions plus constructives pour mieux préparer les écologistes africains aux négociations de Mexico 2010!

C’est promis, nous y reviendrons plus froidement !

En entendant, Partis Ecologistes et Verts d’Afrique Centrale, mobilisons nous pour la réussite de COPEVAC I-2010 qui se tiendra à Kinshasa du 25 au 28 janvier 2010, à l’initiative du PECO, en vue de fédérer nos forces pour une participation responsable au congrès de Kampala en mars 2010.

LUC ATUNDU

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.