Jeepers creepers – beetlejuice


Fin de semaine consacré comme d’habitude aux films avec deux oeuvres rentrées dans la catégorie culte : jeepers creepers et beetlejuice. On finira avec une petite citation comme je vous ai offerte la semaine dernière. Comme d’habitude n’hésitez surtout pas à apporter vos commentaires.

Jeepers creepers était quelque peu passé inaperçu lors de sa sortie au cinéma et pourtant rapidement il devint à la location un film culte. Reprenant quelques ficelles classiques et les mélangeant habilement ce film vous fera passer un bon moment.
Deux jeunes gens, un frère et une soeur, qui se rendent chez leurs parents en voiture. Une petite route de campagne. Un mystérieux camion avec un curieux conducteur. L’antre du tueur décoré. Une course poursuite où les deux jeunes gens vont devoir fuir l’étrange tueur.
Le film commence un peu à la manière de Duel (de Spielberg) avec ce camion qui débouche de nulle part et qui donner quelques sueurs froides à ses proies. Puis on tombe dans un slasher movie plus classique même si le tueur se révelera moins classique… Les films d’horreur de campagne se font rares et celui ci va rejoindre le haut de la pile car il sait utiliser habilement l’atmosphère et les couleurs (jaune, orange rouge) … Pas de blabla inutile, on rentre facilement dans le film, … Toutefois la seconde partie du film est moins bonne… Attention au croque mitaine !!
A noter qu’une suite existe : tout à fait différente et plus bourrine dirons nous même si les idées et les différences sont plutôt bonnes… Le chasseur qui se retrouve chassé…

On passe à Beetlejuice l’un des premiers films de Tim Burton réalisateur à l’univers si particulier. Qualifié de culte, Beetlejuice passe très très rarement à la téloche et ne fait pas forcément parti des films les plus connus. Un dessin animé avait été diffusé pendant un temps en France… On retrouve pour ce film quelques acteurs que nous pouvons reconnaitre (ou pas) : Michael Keaton avec le rôle de Beetlejuice, Alec Baldwin et Geena Davis dans le rôle du couple de fantomes malheureux… Et aussi Winona Ryder dans le rôle de la dépressive Lydia. Tim Burton avait aussi fait appele à Keaton pour jouer Bruce Wayne dans Batman.
Ce film déjanté, flirtant à la limite du vulgaire, tout en restant politiquement correct ressemble beaucoup à certains autres films fantastiques des années 80-90, on reconnait tout de suite certaines effets spéciaux forts utilisés à cette époque…
Le pauvre couple de fantome voudrait bien rester dans sa maison mais voilà qu’une famille débarque et qu’ils n’arrivent pas à les faire fuir. On pourrait presque penser à Casper qui ne sait pas faire peur ici. Ils font alors appele à Beetlejuice un espèce de barje et surtout un arnaqueur notoire…
Une histoire dont on connait plus ou moins par avance la fin et le déroulement et qui nous plonge encore et toujours dans l’univers macabre, biscornu et coloré de l’ami Burton. La mort semble ainsi moins triste. On retrouve déjà certaines marques de fabrique : humour cartoonesque, délires baroques, stop motion, la musique de Elfman, … Certains pourront même faire des parallèles interessants avec Charlie et la Chocolaterie (qui est très bon !!)

On finit par un extrait dont on se délecte (à condition de comprendre) :

Ou alors, ton but est il de me démontrer à quel point il est stupide de jouer les détectives ? Au point de m’en dégoutter afin qu’une fois ensembles, je ne sois plus tenter de rencontrer d’autres filles de cette manière ? Si c’est le cas, je te rassure de suite. Je suis devenu fidel, j’ai payé pour apprendre. Perdre une fille que j’aime pour le simple plaisir d’aller mettre mon vilain zizi dans une fille d’un soir, très peu pour moi.