Europe Ecologie : POUR UN BOUCLIER SOCIAL EUROPÉEN

Pilier DROITS SOCIAUX des propositions de Europe Ecologie : POUR UN BOUCLIER SOCIAL EUROPÉEN

► téléchargez le tract “10 bonnes raisons de voter Europe Ecologie”

► téléchargez le Contrat Ecologiste pour l’Europe

LES AIDES EUROPÉENNES AUX ENTREPRISES DÉLOCALISANT HORS UNION EUROPÉENNE DOIVENT ÊTRE SUPPRIMÉES

LUTTER CONTRE LE CHÔMAGE, LA PRÉCARITÉ, LES INÉGALITÉS ET L’EXCLUSION doit devenir, avec la mutation écologique, la raison d’être de l’Union européenne. Il est donc urgent de promouvoir un modèle social européen protecteur en harmonisant les politiques sociales des États membres vers des standards élevés.

CELA EST D’AUTANT PLUS NÉCESSAIRE EN PÉRIODE DE CRISE qu’un nouveau dumping social et écologique, introduit par le biais des importations de produits et de services fabriqués hors UE, pourrait compromettre la cohésion européenne. Un nombre croissant d’entreprises européennes délocalisent en effet leurs productions dans les pays à faible coût de main-d’oeuvre.

TOUS LES SECTEURS SONT CONCERNÉS,Y COMPRIS LE TERTIAIRE. Cinq millions d’emplois sont ainsi menacés en Europe dans les secteurs industriels de grande consommation (habillement, ameublement, jouets, électronique, automobile…), dans les services informatiques ou l’agroalimentaire.

EN MÊME TEMPS QU’ELLES FRAGILISENT L’EMPLOI EN EUROPE, LES DÉLOCALISATIONS assurent aux capitaux des marges de profit accru, dans des conditions d’exploitation aggravées pour les travailleurs des pays émergents, du Sud ou de l’ex-URSS. Les aides européennes aux entreprises délocalisant hors UE doivent donc être supprimées.

Face à la crise, il faut une politique cohérente: un bouclier social européen. Elle doit reposer sur:
– La lutte contre les inégalités et la pauvreté avec la garantie d’un revenu minimum pour tout résident sur le sol européen et le droit à une formation tout au long de la vie.
– La défense et l’extension des services publics.
À la marchandisation et à la libéralisation généralisée des secteurs clés de la vie collective, il faut opposer la logique des biens communs et des missions de service public.
– Le principe de non-régression sociale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.