Europe Ecologie Les Verts : valeurs et principes

Au delà des statuts et amendements plusieurs textes relativement courts méritent que l’on s’arrete dessus afin de mieux comprendre ce qui sera voté…
Il s’agit d’un côté de la « Charte des Valeurs » (sachant que Adhérents comme Coopérateurs vont y adhérer) qui permet de mieux comprendre le Manifeste (texte littéraire à lire mais un peu « intellectuel »)
Et de l’autre côté du texte « Principes et Fonctionnement » revenant sur quelques principes de bases qu’on retrouve dans les statuts (seuls les adhérents y adhèrent…)
Dans les textes qui suivent XXX sera remplacé par le nom choisi pour le nouveau mouvement dont le « sous titre » sera probablement « Europe Ecologie Les Verts »
(JPEG)
CHARTE DES VALEURS ET  DES PRINCIPES FONDAMENTAUX DU MOUVEMENT

XXX reconnaît la Charte des Verts mondiaux adoptée à Canberra en 2001 comme texte fondateur pour l’ensemble des mouvements se réclamant de l’écologie politique, et fait sien les principes fondamentaux en matière de droits humains édictés par les grands textes européens et internationaux.
L’ensemble des coopérateurs/ trices et des adhérent-e-s de XXX déclare constitutive de leur engagement l’adhésion aux valeurs et aux principes suivants :
• La responsabilité de l’ensemble de la communauté humaine dans la sauvegarde de son environnement et des écosystèmes pour les générations futures et les principes de précaution et d’intervention préventive face aux catastrophes prévisibles.
• La défense de la biodiversité et du vivant, instaurant un rapport respectueux et non violent entre l’être humain et la nature.
• Le droit de chacun à vivre dans un environnement sain et préservé.
• La lutte contre le changement climatique impliquant le redéploiement des ressources énergétiques et une politique massive d’économie d’énergie.
• Le droit au temps libre et à l’épanouissement individuel et partagé.
• Le rejet de l’idéologie productiviste et du dogme de la croissance illimitée, qui ne tiennent pas compte du caractère limité des ressources de notre planète.
• La reconnaissance de l’existence de biens communs inaliénables par les intérêts particuliers.
• La lutte en faveur de la justice sociale, la réduction des inégalités sociales et le combat contre toute forme d’exploitation des êtres humains.
• La solidarité et le partage équitable des richesses et des ressources entre les peuples, entre les générations, entre les territoires et plus généralement au sein de la société.
• La remise en cause des effets dévastateurs du libéralisme économique et des logiques de prédation, de compétition et de gaspillage et la promotion de modes de vie sobres.
• La nécessité de développer les instruments d’une économie alternative fondée sur la transformation écologique des modes de production et de consommation, appuyée sur l’économie sociale et solidaire, le renforcement du secteur non-marchand et une régulation stricte des marchés financiers.
• La liberté de pensée, d’expression, de réunion et de circulation.
• Le droit à l’émancipation et à l’autonomie des individus, à l’éducation, à la formation, à la culture, à la santé tout au long de la vie.
• Le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes et à se gouverner démocratiquement.
• La liberté de conscience et de culte dans le respect du principe de laïcité et du droit inaliénable des personnes à leur autodétermination.
• La protection contre l’arbitraire étatique et notamment le droit à un procès équitable et le droit au respect de la vie privée.
• Le droit à la dissidence et de résistance à l’oppression, la lutte contre toutes les formes d’autoritarisme et de totalitarisme.
• La reconnaissance de la diversité comme élément de richesse de nos sociétés.
• La défense du pluralisme et le plein respect des minorités et de leurs droits.
• La promotion de la diversité linguistiques et la défense des cultures régionales.
• L’affirmation de la dignité humaine et de la reconnaissance de cette dignité comme préalable de toute justice.
• Le droit à l’amendement, à la réhabilitation et à la réinsertion pour tout individu.
• L’affirmation du féminisme comme valeur émancipatrice pour les femmes comme pour les hommes.
• La lutte contre le racisme et toutes les formes de discrimination – qu’elles soient liées au sexe, à l’orientation
sexuelle, aux identités de genre, à l’origine sociale ou ethnique, à la couleur, la langue, l’âge, au handicap, à la maladie, ou toute autre situation.
• La lutte contre la corruption et pour la transparence des décisions tant dans la sphère économique et financière que dans la sphère politique.
• Le devoir d’accueil et la solidarité active aux réfugiés politiques, économiques et environnementaux.
• La culture de paix, de toléranceet de non violence ; l’engagement en faveur du désarmement.
• Le refus du nucléaire militaire et l’engagement en faveur de la sortie du nucléaire civil.
• L’établissement de nouvelles relations nord-sud fondées sur la solidarité et la coopération internationale.
• La défense de la démocratie face aux dérives des solutions autoritaires même au nom d’“une sauvegarde urgente de la planète”.
• Le soutien aux initiatives en faveur d’une gouvernance mondiale, démocratique et équitable.
• L’engagement dans la construction d’une Europe fédérale, sociale, écologique et démocratique.
Parallèlement à cette charte il convient de lire Le Manifeste appelé « Manifeste pour une société écologique »
(voir plus bas pour extraits…)
PRINCIPES DE FONCTIONNEMENT

Le texte appelé « Principes de fonctionnement » revient sur quelques bases que l’on retrouve dans les statuts…
Même si cela tient plus des pratiques qu’autrechose il convient de mettre cela en valeur :
—Egalité de ses membres sur la base d’une personne, une voix.
— Respect du principe d’exemplarité dans le fonctionnement.
—Parité hommes/femmes au niveau interne et externe pour les postes à responsabilité et les candidatures avec adoption de modes de scrutin appropriés et parité des exécutifs.
— Reconnaissance de la diversité de la société à tous les niveaux de responsabilité interne et externe.
—Limitation stricte du cumul des mandats, internes et externes, occupés simultanément et/ou dans le temps.
— L’affirmation de la démocratie à tous les niveaux : fédéralisme, subsidiarité, représentativité des élus, séparation des pouvoirs.
—Respect du pluralisme dans le cadre de majorités au consensus ou qualifiées avec respect des minorités. Droit de retrait.
— Fédéralisme différencié ; XXX est une structure fédérale,organisée régionalement dont la base est le réseau local.
—Transparence des comptes et indépendance: XXX a un budget transparent pour tous et des comptes publics. XXX est indépendant, en particulier des Etats et des pouvoirs publics, des entreprises privées et groupes de pression detoute nature.
— Droit à l’expérimentation de nouvelles formes d’action collective et de militance.
— Droit à l’information.
— Droit à la formation.
— Résolution non violente des conflits par des organes ad hoc.
EXTRAITS DU MANIFESTE

Voici quelques extraits interessants du Manifeste :
Une multitude d’initiatives entame le modèle dominant et ouvre des voies nouvelles. C’est l’autre visage de la mondialisation et il concerne tous les peuples, toutes les cultures. De nombreux acteurs et actrices de la société et des communautés locales se mobilisent. Ils interviennent dans toutes les couches de la société.
Ce sont souvent ceux et celles que la crise fragilise en premier. Ils résistent, s’organisent, innovent.
Chacun et chacune à leur façon, dans leur discipline, leur quartier ou leur village, ils esquissent les contours d’une alternative porteuse d’avenir.
Des hommes et des femmes luttent et s’engagent, et c’est notre espoir, notre point d’appui pour inverser le cours des choses
Déjà, dans les prémices du chaos énergétique, climatique,alimentaire, migratoire et sanitaire, dans la mise à sac des biens communs et publics que les dérives financières et marchandes provoquent, un nouveau monde émerge avec ses victimes en proie au manque de tout
le capitalisme n’est plus capable d’opposer cette dynamique qui promettait aux peuples l’abondance universelle. Au contraire, il renforce chaque jour une logique construite sur l’endettement, la précarité de l’emploi et l’augmentation de l’empreinte écologique
Les deux grands courants idéologiques engendrés par la révolution industrielle, accompagnant l’un l’essor du capitalisme et l’autrel’espérance socialiste, sont désormais à bout de souffle. Malgré leurs différences, fondées sur un enracinement social historiquement opposé et des valeurs souvent contradictoires, ils se montrent pareillement désorientés sur l’essentiel, saisis d’impuissance face à l’effondrement du credo productiviste qu’ils partagent.
Nous vivons l’époque d’une césure fondatrice. La métamorphose est possible.
Elle ne viendra pas d’en haut de manière autoritaire – ou alors ce sera probablement que le pire n’aura pas été prévenu – mais, au contraire, du foisonnement des initiatives citoyennes, pour autant qu’elles se renforcent en faisant réseau et qu’elles s’articulent avec des politiques menées sur tous les terrains, y compris institutionnels
Cette mutation n’est inscrite dans aucun catéchisme doctrinaire ni manuel de guérilla. Elle hérite du poids d’un monde qui n’est pas mort, hérissé de résistances agressives qu’il faut bien affronter, tout en devant s’engager sans attendre vers l’inconnu d’un monde à peine naissant.
Elle est confrontée tout à la fois au défi de rompre et de construire :
il lui faut se dégager au plus vite du système dominant – le capitalisme, ses mécanismes orientés sur la valorisation du profit et son imaginaire productiviste, sans pour autant se priver des entrepreneurs – pour bâtir une société où le marché et le partage des biens communs seraient régulés par les critères écologiques et sociaux.
Avec l’appui des secteurs et des mouvements sociaux concernés, les écologistes doivent donc engager des transitions où le primat de la durabilité des écosystèmes, des dispositifs économiques, des systèmes financiers, des contrats sociaux et des territoires s’affirme contre les diktats irrationnels du productivisme et les rapports de production qu’impose le capitalisme
La société écologique mise, enfin, sur l’éducation et la formation tout au long de la vie. En opposition au taylorisme qui isole chacune et chacun dans une tâche reproductible et déresponsabilisante et au post-taylorisme qui, au prétexte d’autonomie et d’individualisation, renforce l’aliénation et la concurrence entre les personnes, elle affirme et privilégie la promotion de collectifs qui assument ensemble et de manière solidaire des projets partagés
Les chantiers du projet écologiste sont immenses :
établir les conditions d’un bien être équitable et respectueux de l’environnement autour du principe de transformation écologique de l’économie et de la société.
Cela implique de revisiter de fond en comble les conceptions de la richesse, du travail, de la fiscalité, de la production industrielle et agricole, du commerce, des services, de la consommation, de la mobilité, des transports, de l’alimentation, de l’habitat, de l’urbanisme, de l’aménagement du territoire…
il appartient à l’écologie politique de rester en permanence
à l’écoute et d’ouvrir l’élaboration de son projet à tous les acteurs et actrices sociaux, partis, élus, syndicats de salariés et professionnels, entrepreneurs, enseignants, formateurs, militants associatifs, chercheurs, intellectuels.
Elle doit continuer à se faire l’écho de pratiques écologiques qui sont déjà et qui vont devenir de plus en plus l’affaire de tous
S’il veut réussir, le projet écologiste doit donc inter agir avec l’ensemble du corps social, en épousant ses différenciations et sa diversité, en s’appuyant sur les forces sociales qui sont aujourd’hui les victimes du système : ouvriers, employés, techniciens en proie à la précarisation, travailleurs des services publics démantelés, fonctionnaires transformés en boucs émissaires, paysans otages de l’agrochimie et de la grande distribution, artisans déclassés, ingénieurs et chercheurs bridés, entrepreneurs pris au piège de la rentabilité financière.
Autonomie n’est pas isolement. Les écologistes ne sont pas seuls au monde.
Il nous faut donc construire des majorités d’idées en cherchant en permanence des partenariats avec d’autres forces politiques et plus largement avec les organisations et les mouvements sociaux concernés, à travers des pactes ponctuels, sectoriels ou régionaux, démarche pouvant se prolonger jusqu’à conclure des accords de gouvernement ou de mandature.
(…)
(Il y a de nombreux extraits interessants que je vous invite à trouver par vous même…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.