Europe Ecologie et autres élections Européennes

Il y a quelques jours Europe Ecologie dévoilait la suite de son programme : les premiers candidats têtes de listes des euro régions, Non Verts. Il s’agit de Yannick Jadot dans le Grand Ouest, José Bové dans le Sud Ouest, Sandrine Bélier dans le Grand Est, Jean Paul Besset dans le Centre Auvergne Limousin , Eva Joly en 2nd position en IDF. Pour les autres régions les Verts procèdent à des consultations internes. Un savant mélange Verts Non Verts déterminera aussi la composition du reste des listes…

Les têtes de listes « Verts » seront validées le17 janvier 2009 lors du Cnir (Comité National interrégional).
Les désignations des « numéro 2 » dans chaque Euro-Région répondront aux critères de parité
homme/femme et d’équilibre entre les différentes sensibilités du Rassemblement

On peut notamment ne pas exclure d’autres candidatures d’ouvertures interessantes sur les listes, mais aussi mais ce n’est pas une nouveauté pour les Verts la présence de candidats régionalistes (certainement et notamment 2nd dans le sud Est)

Mais Commençons par le débat autour de “crise financière crise ecologique…” avec Daniel Cohn Bendit et Jean Paul Fitoussi , où Dany revient notamment sur les “carrefours de crise” et particulièrement les impacts sur l’industrie automobile… :

La sauce “Verts – Non Verts” prend elle ?
On peut dire que oui. Bien entendu tout les candidats sont des proches des Verts, amis de luttes voir anciens verts… Si on regarde de près les listes de signataires on y voit beaucoup de Verts, mais aussi d’ex Verts et de sympathisants que l’on connait mais aussi des citoyens tout à fait ordinaire…

Petit tour de présentation des Non Verts candidats :

Yannick Jadot : il a été directeur des campagnes de Greenpeace France de 2002 à septembre 2008

José Bové : Ya t’il besoin de le présenter ? ancien porte parole de La Confédération Paysanne, anti OGM acharné, parmi les membres fondateurs de ATTAC en 1989 puis candidat 10 ans plus tard aux présidentielles…

Sandrine Bélier : issue du FNE (ancienne directrice fédérale de France Nature Environnement) et pendant 10 ans directrice de www.alsacenature.org

Jean Paul Besset : ex bras droit de Nicolas Hulot, il en est à la fois une plume, un conseiller proche y compris dans la période récente des présidentielles. Longtemps à la LCR dès sa création, il fut également journaliste au Monde mais aussi à Politis. Hulot l’a rencontré après avoir lu son livre Comment ne plus être progressiste… sans devenir réactionnaire livre où il développe que la croissance est une machine à produire des inégalités, alors que la décroissance matérielle s’inscrit dans une logique de partage

Eva Joly : non ecologiste à la base, elle fait un peu parti de ces candidatures d’ouvertures issus de la société civil. Elle représente bien entendu les combats anti corruptions. Notamment avec l’affaire ELF…

Comme le dis un sympathisant sur facebook :

Aussi chez nous (En Allemagne) on va vers une “ouverture” de la liste des Verts pour les élections européennes, notamment avec la candidature au prochain congrés des Verts allemands de Sven Giegold (ancien porte-parole d’Attac Allemagne), Barbara Lochbihler (ancienne porte-parole d’Amnesty International en Allemagne) et Gerald Häfner (porte-parole de “Mehr Demokratie” – Association pour plus de démocratie et de votations / réferendums populaires) pour des places aux Européennes.

Trop peu de signataires ?

Coté Groupe Facebook :
les Vert : environ 600 membres
sortir du nucléaire : plus de 800 membres
europe ecologie : environ 3000 membres (et tous ne sont pas signataires)

à titre comparatif toujours côté Facebook : lcr + de 250 , npa environ 900
PDG : environ 600 , …

Et donc on s’en sort pas si mal : tout les Verts (accès internet, attente des candidatures, manque d’interet pour les “NTIC” …) n’ont pas encore signés sur le site…

et sur le site europe ecologie : plus de 4200 signataires… (et tous ne sont pas sur facebook)

Cécile Duflot :

Cohn bendit :


Combien pourrait on espérer de députés ?

72 députés européens en 2009 au lieu de 78 en 2004
Les élections européennes sont à la plus forte moyenne sur la base de 8 grandes régions

En 1999 (une seule circonscription regroupant toute la France) les Verts, conduits par Dany Cohn Bendit font 9,72 % et ont 9 élus sur 87 députés européens élus en France.
En 2004 les Verts font 7, 41% globalement ils ont 6 élus sur 78 députés européens élus en France.(avec un pourcentage de 9,72% ils auraient eu également 6 élus)
En 2004 malgré la diminution du nombre de députés de 2009, Les Verts auraient eu le même nombre de députés élus.

approximation des pourcentages à dépasser pour avoir un élu et pour avoir deux élus :

Sud-est 2009 13 députés > 6 % score pour 1 élu > 12 % pour deux élus
Nord-ouest 2009 10 députés > 6,50 % score pour 1 élu > 13 % pour deux élus
Ile-de-France 2009 13 députés > 6,10 % score pour 1 élu > 12,2 % pour deux élus
Ouest 2009 9 députés > 7,50 % score pour 1 élu > 15 % pour deux élus
Sud-ouest 2009 10 députés > 6,60 % score pour 1 élu > 13,20 % pour deux élus
Est 2009 9 députés > 6,20 % score pour 1 élu > 12,40 % pour deux élus
Centre 2009 5 députés > 10 % score pour 1 élu > 20 % pour deux élus
Outre mer 2009 3 députés > 20 % score pour 1 élu

C’est bien entendu approximatif et cela se base sur les listes et les scores de 2004. Ce qui explique les légères différences dans des circonscriptions ayant le même nombre de députés.

Ce qui apparait c’est que pour envisager l’élection de deux députés dans une région il faut dépasser un score de 12 à 13 % dans les régions les plus favorables. Un score national de 10 ou 11 % pourrait donner un siège supplémentaire celui de la tête de liste de la région Centre (mais région difficile 6,27% au lieu de la moyenne de 7,41%)

2009 : que disent les sondages pour le moment… ?

PS : 22 % : -7pt et moins qu’aux présidentielles
UMP : 22% : +5pt mais moins qu’aux présidentielles

Modem : 12 % : idem que 1999 mais moins qu’aux présidentielles, approximativement proche des “municipales”

Verts-Europe Ecologie : 11 % : + 4 , et 7 fois mieux que les présidentielles…

NPA : 8 % : double de 1999 et des présidentielles pour Besancenot

On le voit rapidement Modem, Verts, NPA tourne autour des 10% ou presque et sont considérés comme les 3 alternatives au 2 principaux partis…
Le total des voix Verts + “autre Gauche” (27%) est supérieur au score du PS.

Du coté gauche :
PCF : 4%
LO : 4% , le NPA semble bien dominé tout le monde dans cette partie là de la gauche…

Côté droite : on notera les petits scores de CPNT qui ne semblent plus exister comme tout comme le Nouveau Centre (qui ne se présentera pas seul de toute manière) : moins de 3%

La droite souverainiste et l’extreme droite est dominé par le score du FN : 7% qui est à noter est plus important qu’en 1999. De Villiers baisse à 4%. Le poids des 2 hommes semble se fixer…

Pour faire d’autres parallèles il faudrait également s’interesser aux avis favorables et avis défavorables… et là le PS a du soucis à se faire puisque si les verts sont toujours en tête, le PS stagne à des scores d’avis favorables similaires voir en dessous de l’UMP et du Modem…

Les détails sont également très interessants http://www.ifop.com/europe/docs/europeennes2009.pdf même si ils ne veulent souvent pas dire grands choses sur des chiffres aussi petits (pourcentages de pourcentages de pourcentages) :
Le NPA mais aussi les Verts, semble séduire coté Commercants Artisans, plus que le PS…
Il est à noter aussi que suivant les “secteurs” d’activités les Verts sont le parti ayant des scores les plus réguliers séduisant “un peu” toutes les couches…
Il n’y a vraiment pas de “votes de classe” contrairement à d’autres partis :
Ainsi le NPA varie de 2 ou 3%  (profession libéral, cadre sup… et retraités) à 20% (artisan, commerçant) en passant par 15 (ouvriers) et 7 (employés) (quelle différence réelle d’ailleurs font les sondeurs ??)
Côté Verts : on varie de 9 (retraités) à 19 (artisans commerçants) en passant par 11 et 12 cotés ouvriers et employés… (et 12 et 13 côtés professions intermédiaires et professions libérales, cadres sup…)

On peut s’amuser à regarder dans le détail les autres partis, notamment PS , UMP et FN…

De même les “sans sympathie partisanes” se partagent essentiellement sur les Verts, le FN, le NPA et LO… laissant pratiquement rien aux autres concurrents…
En réalité ce sont “les sympathisants de gauche et d’extreme gauche” et les “sans partisanerie” qui sont les électeurs éventuels des Verts. Rien ou presque venant des sympathisants du centre et de la droite !!
Etre “ni ni” ne veut pas dire être centriste ! Un sondage qui semble aller dans ce sens…
Les votes Verts, LO et LCR sont composés de sympathisants d’extreme gauche et de gauche et de “Ni Ni” d’une certaine manière, à part plus ou moins importante. Côté FN : c’est la droite, l’extreme droite et les “sans partisanerie…”
On peut considérer qu’il y a un énorme réservoir du côté des “abstentionnistes” …

Côté ages les différences sont aussi “interessantes” : je fais volontairement un comparatif avec le parti “médiatique” du moment le NPA :
côté NPA : moins de 35 ans : 12% (variant de 14 à 11) ; plus de 35 ans : 6% (variant de 9 à 1)
côté Verts : moins de 35 ans : 16 % (variant de 15 à 17) ; plus de 35 : 9% (variant peu)

Si on entre dans les détails des détails , pour le NPA la “courbe” commence à 14 % chez les “moins de 25 ans” puis descendant à 11% (25>35 ans) puis continuera de descendre pour atteindre 1% pour les plus de 65 ans…
coté “Verts” on commence à 15% puis on monte à 17% lors des 25>35 ans, on descend autour de 8 jusqu’à 50 ans, on remonte à 10% pour les “50-60 ans” approchant de la retraite puis on redescend un peu à 9%  après 65 ans…

Petit tour d’horizon des scores passés pour mieux comprendre… et prévoir…

2004 :
PS : 28,9
UMP : 16,6
UDF : 12
FN : 9,8
Verts : 7,4
MPF (De Villiers) : 6,7
PCF : 5,9
LO LCR : moins de 3%

1999 :
PS : 21,95 %
RPF (Pasqua , De Villiers) : 13 %
RPR : 12,8 %
Verts : 9,7 %
UDF (Bayrou) : 9,3 %
PCF : 6,78 %
CPNT : 6,7 %
FN : 5,5 %
LO / LCR : 5 %

1994 :
RPR/UDF : 25,7
PS : 14,5
UDF dissident (De Villiers) : 12,3
MRG (Tapie, Mamère, Taubira…) : 12%
FN : 10%
PCF : 6,9 %
CPNT : 4%
à noter Chevènement, les Verts, LO … en dessous des 3%

1989 :
RPR/UDF : 28,9 %
PS / MRG : 23,6%
FN : 11,7 %
Verts : 10,6 %
CDS (Veil) : 8,4 %
PCF : 7,7 %
CPNT : 4%

1984 :
UDF/RPR (Veil) : 43%
PS/MRG : 20,7%
PCF : 11%
FN : 10%
Verts comme LO autour des 3%

1979 :
UPF/UDF : 27,6
PS, MRG : 23,5
PC : 20
RPR : 16
ecologistes : autour des 4% , LO autour des 3%

Résumé : pires et meilleurs scores, moyenne…

PS : 28,9 % (2004) > 14,5 (1994)
moyenne de 22 % : 2004 et 1994 pesant fortement, 2004 étant une année très vote utile, et 1994 une année difficile pour le PS (cependant jamais le score était tombé aussi bas avant malgré un PCF fort)

UMP , précédemment RPR ou UDF/RPR (droite gouvernemental) : exception de 1984, scores autour de 27 %
score très mauvais en 1999 et 2004 : moins de 13 % et à peine plus de 16 % avec les concurrences des droites extremes et nationalistes (+ de 15% cumulé) mais aussi d’un centre (UDF, futur Modem) renaissant…

Etant donné les contextes, les 2 principaux partis ne pourront que très difficilement dépasser les 25% et pourraient bien tourner autour des 20% voir moins ?

Modem, ex UDF, Centristes… : de 8 à 12 % (les années où les centristes sont “indépendants”)
On remarque la montée en puissance et la prise d’indépendance Bayrou de 1999 à 2004 , vérifiés sur d’autres élections puis aux présidentielles (6,8 en 2002 ; 18 en 2007…)

Verts : de 3 (avant 1989 puis en 1994) à 10,6 % (1989) , score entre 7,4 (2004) et 9,7 (1999) depuis…
le score de 2004 semblait (contexte vote utile) déjà préfigurer la descente aux enfers de 2007… aussi bien que les scores de 1999 permettaient de prévoir ceux de 2001 (municipales)
Etant donné le dernier rebond aux municipales de 2008 on peut certainement prévoir un nouveau rebond se poursuivant…

Droite Extreme et Nationaliste : FN, De Villier, Pasqua, …
Le FN de Le Pen a toujours tourné autour des 10% si on excepte des années où De Villiers a été “fort” (13% en 1999) et même en prenant en compte un De Villier (dissident de l’UDF) fort en 1994 (12%) le FN y réalisait un score de 10% … 1994 (tout comme 1984) étant une très mauvaise année pour la gauche dans son ensemble si on regarde le cumul droite + extreme droite

Gauche de Gauche : LO, LCR, PCF…
PCF : de 20% en 1979 on passe à 11% puis 7,7 % puis 6,9 % puis 6,8 % (1994 et 1999) . Finissant à 5,9 % en 2004

La LCR s’est rarement présenté excepté avec LO… Les scores de cette dernier ont été autour des 3 à 4 % sans cesse… Ne profitant même pas de la baisse du PCF…
On peut donc noter les scores de LO/LCR en 1999 autour des 5% et en 2004 moins de 3% . Ce dernier mauvais score amena une “rupture” favorable à la LCR notamment suite au TCE en 2005

Par le passé les variations du score du PCF ne semblent par avoir eu d’impacts sur les scores du PS, un PS faible ne veut pas pour autant dire une gauche de la gauche faible, et inversement…

Toutefois comme De Villiers/Pasqua , le FN pour le RPR (en 1999) ou encore l’alliance très people de Tapie/Mamère/Taubira pour le PS en 1994 , la gauche de la gauche pourrait devenir un “concurrent” sérieux pour le PS dans un contexte où ce dernier est faible et divisé…

On peut également imaginer (étant donné les scores de Besancenot en 2002 puis 2007…) que la NPA se retrouve avec des scores similaires au PCF d’antan (approchant les 10% peut etre) et que celui ci se fasse doubler (descendant en dessous de 5%…)

Quel impact pourrait également avoir les divisions et alliances : Melenchon allié au PCF amenera t’il des voix ou fera t’il office de repoussoir ? Et les amateurs d’une grande alliance apprécieront ils une division des voix au sein de la gauche de la gauche ?
Qu’en sera t’il d’ailleurs des projets de “La Fédération” “initiée” par “Les Alternatifs, sorte de AREV bis (dont la plupart des composants : Les Alternatifs, communistes dissidents, … sont issus ou proches) :
l’histoire se renouvèlerait t’elle quand on sait que l’AREV crée en 1989 est “Issu pour partie des comités soutenant le communiste rénovateur Pierre Juquin à l’élection présidentielle de 1988 avec Bové dans le rôle de Juquin (Juquin ayant rapidement rejoint Les Verts en 1989…) (et en 2008 Les Alternatifs et d’autres au sein de “La Fédération” se créant avait justement soutenu Bové)

Et enfin bien entendu quel rôle pour Europe Ecologie ? Quel impact de la division ou non de la gauche de la gauche, des faiblesses du PS, et d’un Modem qui se cherche encore ?
Un coup pour un coup (façon Tapie Mamère en 1994) ou un vote qui aura un impact sur l’avenir de l’écologie politique ?

Et enfin : la campagne internet promet d’être très interessante 🙂 , très très interessante même, dans quelquechose qui va s’approcher de la campagne internet de Obama (très “libertaire” , redécouverte du militantisme, militantisme participatif, … avec le site http://www.barackobama.com/index.php )
(Il faut dire que Obama et son équipe web avait regardé avec beaucoup d’attention le site internet de Désirs d’Avenir de Royal et s’en été inspiré… Site réalisée par la même “équipe web” http://www.lanetscouade.com que pour Europe Ecologie et qui cette année part donc avec son expérience précédente “Désirs d’Avenir” (notamment auto critique sur la démocratie participative…) et l’expérience “Obama” toute récente pour ajuster le tir et aller encore plus loin…)

2 réponses sur “Europe Ecologie et autres élections Européennes”

  1. 1989 est aussi interessant puisque malgré 2 partis “forts” PS (24%) et RPR (29%) : http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89lections_europ%C3%A9ennes_de_1989_en_France
    les Verts, mais aussi “centristes” de l’époque, PCF et surtout FN s’en sortent plutôt “pas trop mal”
    Meme avec des partis “forts” , nous avons là éventuellement des scores “interessants” qui montrent bien qu’il y a depuis quelques temps déjà 3 ou 4 alternatives envisagés “au parti conservateur populaire” et au “parti socialiste” : les centristes (8,5) , les ecolos (11) , les fachos (12) et les communistes (8) : suffis de mettre à jour les “partis” avec Modem à la place du CDS de Veil, et LCR/NPA à la place du PCF…
    Les scores ne faisant que varier avec des partis forts moins forts, voir très affaiblis, et des “alternatives” en profitant ou non ou pouvant faiblir parfois… voir parfois s’alliant de façon différente

    Autre note : http://www.leparisien.fr/liveafp-politique/europeennes-jean-michel-baylet-envisage-des-listes-avec-bayrou-21-12-2008-350081.php

    Le PRG dont certains envisagent presque une réconciliation avec les radicaux de droite (Borloo) voir pourquoi pas au delà… envisagerait de s’approcher de Bayrou…

    Le PS perd ses “alliés” et risque de partir seul aux européennes… ou presque…

    le PRG va surement se “déchirer” sur ces questions, surtout qu’une alliance Modem PRG ne va surement pas plaire à tout le monde

    qu’en penseras d’ailleurs Le PS quand le PRG dit vouloir revenir vers eux aux régionales futures ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *