ENVIE. Congrès EELV. Les Motions.

Suite au précédent article sur les motions qui risquent être présentés au Congrès Europe Ecologie Les Verts dans un peu plus d’un mois, je voulais faire un tour de ces motions. Une à une…

Aujourd’hui la motion ENVIE L’Écologie que Nous Voulons, Inventons-la Ensemble
et son nouveau site http://envie-eelv.org

QUI ?

Rencontre de militants ADEP et EEA (ex motions des Verts) et Europ’Alter (contributions signés par tout type de militants Verts ou Europe Ecologie)

La motion EEA (ex motion ayant portée Cécile Duflot) ayant éclatée, on trouve pour l’instant à peu près autant de signataires d’EEA de 2008 sur deux motions ENVIE et MAINTENANT (motion Duflot Meirieu) .
Pour le reste beaucoup de signataires de l’ancienne motion ADEP et des nouveaux militants plutôt altermondialistes.

On remarquera l’absence de Contassot qui était pourtant l’un des représentants de la motion ADEP (il signe la motion MAINTENANT)

(Ajout : il est à noter qu’une bonne partie des signataires du texte EELV2 a décidé de rejoindre cette motion… une autre partie rejoindra Maintenant ou CETT…

On peut également noter que l’on connait les probables candidats ici )

 

POSITIONNEMENT

La motion « Envie » semble plus proche dans son positionnement des motion EEA de 2006 et 2008 que de l’ancienne motion ADEP
Elle se concentre notamment sur l’identité que doit avoir EELV et sa position politique (qui semble pourtant « acquise » ?) :
l’autonomie contractuelle

 

Les Candidats au BE :
(suite aux votes des signataires de la motion nous avons théoriquement les 8 premiers candidats)

Jérôme Gleizes
Françoise Alamartine
Elvan Uca
Elise Lowy
Thierry Pradier
Monique Dental
Alain Coulombel
Marie Toussaint

Il est à noter que seule Françoise Alamartine est « sortante » de l’ancienne direction des Verts.
Mais Jérome Gleize a également été membre de la direction (en 2001 tout d’abord) puis en 2006

 

QUALITES ET DEFAUTS :

– Très Peu de têtes connus

– Relativement précis sur l’identité idéologie et la stratégie politique (autonomie contractuelle)
mais en même temps cela semble être devenu un acquis ?

– Critique et Exigeant sur les pratiques internes et sur ce qui est considéré comme des « Acquis »
Mais peu de choses sur les idéeaux de « fonctionnement » de Europe Ecologie Les Verts

– Une dynamique s’est crée autour de Europ’Alter auquel se sont ajoutés les militants de l’ex motion ADEP et une bonne part de ceux EEA mais aussi certains membres de l’ex motion UEUS

– Mais cette dynamique se fait aussi sur des crispations/déceptions, (…)
et une partie des signataires sera t’il réellement en accord avec le texte trop concentré sur ses « déceptions » que sur les exigences du texte ?

 

QUE DIT LE TEXTE

– Dans une première partie il revient sur son idéal d’écologie politique.
Théoriquement et Concrètement (avec quelques exemples)
Plutôt dans la tradition des Verts et de la gauche altermondialiste des Verts même si on ne retrouve pas certains points que l’on retrouvait par le passé dans certaines motions « altermondialiste » ou « écologie populaire »

 

– Dans une seconde partie il fait quelques rappels sur des fondamentaux de « fonctionnement interne » et des valeurs qui pour lui ont été parfois fragilisé au cours de dernières années

Ainsi :

À cet effet, nous rappelons notre attachement :

  • à la parité de résultat entre les femmes et les hommes
  • au fédéralisme, au régionalisme dans le fonctionnement d’EELV et au principe de subsidiarité
  • à la séparation des pouvoirs en interne d’EELV :
    • Exécutif et délibératif
    • Non cumul des fonctions de parlementaire et de représentation nationale interne, et d’un même niveau de décision interne et externe
    • Exécutif et judiciaire, indépendance absolue et strict respect des décisions du Conseil statutaire
  • au rôle du Conseil fédéral et de son bureau dans l’animation du parti
  • au non-cumul des mandats dans l’espace et dans le temps et à la fin de la cooptation
  • à la juste représentation de la société dans sa diversité sociale, culturelle, générationnelle
  • à la représentation proportionnelle des sensibilités, au respect du vote des militants et à une meilleure information en amont sur la vie du mouvement.

– Un troisième point revient de façon « peu précise » sur le Rassemblement et tout particulièrement le Réseau Coopératif
Il est moins précis que ne le furent des textes Europ’Alter mais s’appuie sur 3 pilliers :
Nous défendons un mouvement s’appuyant sur trois piliers : l’action du parti politique, la mise en mouvement des réseaux coopératifs, la création d’un pilier « partis associés » qui permettra l’élargissement du rassemblement des écologistes et des régionalistes.

– Enfin le 4ème Point revient sur l’Autonomie Contractuelle et est relativement précis sur les exigences que posent la Motion pour d’éventuels négociations avec tels ou tels partenaires

C’est finalement ici que cette future « motion » diffère avec les anciennes motions dites « de la gauche des Verts » qui autrefois avaient une stratégie plutôt « favorable aux alliances » à gauche (pas forcément dans l’autonomie contractuelle) et plus favorable avec des alliances avec « la gauche de la gauche »
En celà cette motion se rapproche de l’ancienne motion EEA (motion ayant porté Cécile Duflot)

Extrait :

C’est pourquoi l’accord de gouvernement que nous souhaitons ne peut reposer que sur l’autonomie contractuelle. Cet accord doit concilier la mise en place de mesures d’urgence et de réformes structurelles permettant de transformer notre modèle de société :

  • Sortie programmée du nucléaire civil et militaire pour l’horizon 2030 (fermeture immédiate de Fessenheim et arrêt des chantiers EPR et ITER)
  • Instauration d’une VIe République parlementaire fondée sur des scrutins proportionnels, avec réél statut de l’élu-e
  • Nouvelle réforme territoriale régionaliste, abrogation des lois sécuritaires (dont LOPPSI), renforcement des libertés individuelles
  • Rétablissement des moyens de fonctionnement de l’État par la remise en cause de la RGPP
  • Égalité des droits sociaux et civiques pour toutes celles et ceux qui habitent en France
  • Régularisation des sans-papiers et refonte du code des étrangers. Mise de la lutte contre les discriminations au cœur des politiques publiques
  • Accès pour toutes et tous aux droits fondamentaux : logement, santé, alimentation, éducation, énergie, culture, déplacements à travers le rétablissement et le renforcement de grands services publics coopératifs
  • Un million de logements écologiques, décents et économes, un plan de maîtrise des loyers et des charges
  • Réduction du temps de travail à 32 heures sans baisse des bas revenus, démocratisation de l’entreprise, abrogation de la loi Woerth sur les retraites, instauration d’un revenu universel et d’un revenu maximal, fin des inégalités salariales entre femmes et hommes
  • Création d’un service public gratuit et universel de la petite enfance
  • Transformation écologique et décarbonation de la société, de l’agriculture, de l’économie, interdiction des OGM et soutien à l’agriculture biologique
  • Mise en place d’une fiscalité écologique et sociale
  • Création de pôles publics coopératifs financiers ; contrôle des flux financiers du secteur bancaire
  • Construction d’une citoyenneté active à travers une grande réforme de l’éducation et de la formation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.