Cohn Bendit , un Acapitaliste ?

Daniel Cohn Bendit publie une tribune libre dans TAZ (Tageszeitung quotidien alternatif de Berlin)

Je vous reproduis ci-dessous une traduction approximative d’une partie de cette tribune (traduction de Gilles Lemaire)

Dans cette tribune : le terme « acapitaliste » , dont DCB se qualifie, est tout aussi interessant que le terme « acroissance » dont certains se revendiquent
(considérant que l’objection de croissance se rapprocherait plus de l’Acroissance que de la Décroissance…
Question de vocabulaire certainement… même si je me revendique personnellement des deux et que je pense percevoir les différences éventuelles)

(L’Acapitalisme serait alors une « objection de capitalisme » ?)

On retrouve ce terme « Acapitalisme » notamment du côté des « entreprises sociales » , les coopératives (…) visiblement très chers à Dany Cohn Bendit depuis quelques temps…

Mais Pourquoi utiliser ces expressions ?

Les expressions « Anti » (« Anticapitalisme » , « Décroissance »…) auraient tendance à « enfermer » dans des schémas « pour » ou « contre » et la construction de « camps » aux solutions forcément « opposés »
(On construirait alors une alternative en prenant un à un ce qui « défini » le système opposé et en cherchant ce qui pourrait être une « solution opposée » de façon relativement « symétrique » )

(Il arrive ainsi que certains anticapitalistes se définissent par des solutions qu’ils pensent symétriquement opposés au Capitalisme…
Mais qui en se définissant « par rapport » au capitalisme sont des solutions restant dans un système « apparenté » qui reste du capitalisme : capitalisme d’état par exemple…
Certains en ont pris conscience il y a plus d’un siècle déjà quand socialisme et communisme, et premières internationales, émergeaient…

Et déjà on se posait la question suivante : doit pour s’opposer à un système se définir par rapport à ce système ?
La réponse étant : définissons nous plutôt par nos propres solutions alternatives qui construisent un autre système…

Plus détestable certains anticapitalistes se lancent dans des chasses aux sorcières où tout ce qui semble avoir un rapport avec le capitalisme est rejeté en bloc… Jusqu’au moindre petit détail…
Ceux qui utiliseraient ces « solutions » seraient alors des « collaborateurs » , des « réformistes » … et donc des alliés du capitalisme… Alors que dans le même temps aucune solution réellement alternative est proposée…

Mais l’autoproclamation, de tribune, de l’anticapitalisme ou de rejet du capitalisme est parfois plus facile à mettre en oeuvre que les solutions concrètes…)

Alors que c’est bien la construction d’Alternatives à des systèmes justement critiqués qui devrait être la priorité :

Solutions qui bien souvent peuvent exister « à côté du système » et qui sont bien des outils concrets de luttes mettant en danger le système critiqué : solutions héritières bien souvent des premiers combats collectifs des ouvriers (mutuelles, coopératives, associations, …) et qui se multiplient régulièrement ça et là sur les territoires…

Notons d’ailleurs que ces solutions sont très souvent et de plus en plus « attaqués » (y compris « légalement » et « juridiquement » ) par les serviteurs du capitalisme…

Il faut donc bien « Se définir » par ses propres solutions alternatives… et non pas « par rapport » à un système que l’on critique…

Enfin voici la tribune en question :

(Par Dany Cohn Bendit, traduit approximativement…)

J’ai souvent été mal compris. Mon aversion profonde pour les staliniens, pour le goulag venant de mon rejet de la dictature « pas » démocratique du prolétariat, euh non « de la bureaucratie totalitaire », a été prise pour un soutien des sociétés capitalistes.
C’était une incompréhension.
Je suis bien conscient que laisser les loups dans les bergeries n’est pas la solution, comme le disait mon ami François Mitterrand « il ne faut jamais lâcher les chiens, surtout ceux des journaux (Jean Luc Melenchon a retenu la leçon!) »

Je dis donc haut et clair que je suis acapitaliste;

le capitalisme passera comme le féodalisme, le mode de production asiatique,…

L’humanité et particulièrement les écologistes doivent donc préparer l’après capitalisme en soutenant
les coopératives, les circuits courts, l’agriculture biologique et les monnaies locales.

Les pouvoirs politiques doivent encadrer les entreprises qui soucieuses avant tout d’offrir des taux de rendements injustifiés à leurs actionnaires pressurent les travailleurs et se soucient en rien de la préservation de leur environnement; ils doivent réguler les marchés, les pouvoirs politiques doivent préserver les biens communs des appétits voraces du
capital

Les écologistes doivent soutenir les organisations syndicales dans leur combat pour faire reconnaitre les droits des salariés.

Les écologistes sont donc bien les héritiers des révolutions démocratiques du 18ème et 19 ème siècles et du mouvement ouvrier des 19ème et 20ème siècles.

La troisième gauche verte a mis du temps à démarrer, mais ça y est la TGV est lancée !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.