Cohn Bendit et la refondation de l’écologie 1


Samedi 30 juin 2007 avait lieu à Tours une réunion de réflexion autour du manifeste pour la refondation de l’écologie politique. Organisée par des Verts (et des écologistes de tout horizon) cette réunion faisait figure, pour certains, de véritable passage à l’acte. La création d’une association destinée à mener à bien cette réflexion, Horizon Ecologie, y a aussi été décidée.

Je reprendrai l’article de Ann So sur Ecopolit , les reflexions de Daniel Le Bigot et je conclurai avec la résolution adoptée et quelques réflexions personnelles

Comme le dit Daniel Le Bigot : Pas coincés entre le PS et la LCR. Alors quand on me dit: “l’écologie n’est ni de gauche ni de droite ” Peut être mais concernant les Verts, ils assument complètement le fait de porter les valeurs fondamentales de la gauche. Ils ne sont pas La Gauche mais ils sont de gauche. Si donc, des personnes un peu déboussolées par les dérives du Parti Socialiste depuis 1981 ont recherché un moment du coté de Bayrou et souhaitent nous rejoindre, cela ne doit nous poser aucun problème dans la mesure ou elles se retrouvent dans cette construction idéologique. Par contre, il me semblerait inadmissible que les Verts fassent des concessions par exemple sur la solidarité pour séduire ces personnes à seule fin électorale. De la même manière si pour quêter du coté de l’extrême gauche, les Verts se raidissaient quant à la participation aux responsabilités dans les exécutifs et laissaient ainsi de coté une règle de base de la démocratie, ils perdraient en cohérence.
La priorité n’est donc pas de faire une énième tentative de création d’un nouveau parti politique, je ne suis pas en cela nos amis qui viennent de fonder l’association « Horizons écologie » mais bien de rappeler et d’expliquer ce positionnement idéologique des Verts. Le reste n’est ensuite qu’une adaptation de notre fonctionnement pour que nos chefs de files, de tendances ou de tentes arrêtent de nous prendre le chou avec leur guéguerre pour obtenir une majorité au collège exécutif. Il y a effectivement là un véritable chantier de refondation interne du parti à ne pas confondre avec une refondation de l’écologie politique dont les Verts n’ont nullement besoin en ce moment, parce qu’ils ont effectivement une véritable cohérence idéologique.

Et je suis finalement assez d’accord avec lui sur pas mal d’éléments… En fait je reprendrai une autre reflexion : dépasser les clivages ne veut pas dire être sans clivage (et aboutir à un truc mou ni gauche ni droite, et gauche et droite : enfin un truc Ni Et Ni Et dont on ne sait pas trop où il va…) , dépasser les clivages c’est en créer des nouveaux (et on peut en créer des nouveaux tout en étant aussi cohérent sur les anciens… Ainsi les Verts sont sur le Clivage Gauche Droite , mais sont aussi sur le Clivage Ecologistes ou anti productivistes Vs Productivistes…)
On peut même aller au delà en remarquant que (malheureusement) la majorité des partis met l’argent au centre (ou l’organisation de l’économie : qu’il soit libéral ou proche du capitalisme d’etat…) . Les écologistes et plus précisement les Verts mettent l’Homme (et son environnement) au centre. L’humanisme. Et donc quand on met l’homme au centre on peut parler de qualité de vie par exemple et d’autres sujets s’imbriquant parfaitement dans un rapport écologique.

Comme le souligne Antoine Bargas (rédacteur d’Ecopolit:-), présent à cette réunion, “la base idéologique de la refondation, dans l’esprit de Daniel Cohn-Bendit et de nombreux écologistes présents ce jour là, est celle du “réalisme substanciel”, qui fait clairement référence au texte “Realismus und Substanz” des Réalos allemands… sans le dire.” Il y a eu un consensus reconnaissant que sur bien des enjeux (Santé et sécurité sociale, économie, social), les réponses des Verts n’étaient soit pas à la hauteur, soit pas vraiment écolos…

Le débat sera lancé aussi lors des Journées d’été des Verts à Quimper (23-26 août), puis lors des Etats généraux, en décembre, pour proposer une “charte de la transformation de l’écologie politique“, qui pourrait véritablement insuffler un renouveau pour le plus grand bonheur des écologistes. Car l’idée de Dany n’est pas de créer un autre parti, mais bien plutôt de prendre ce qu’il y a de meilleur chez les Verts, de partir de leur expertise et de leur expérience pour élargir la base et refonder le fonctionnement actuel, pour “sortir du groupuscule“

Résolution adoptée par les participants à la réunion de Tours
Horizons écologie
L’utopie écologiste, la responsabilité politique
Les signataires du présent appel réunis à Tours le samedi 30 juin décident :
de créer une association intitulée « Horizons Écologie » dont l’objet est de contribuer à la refondation du parti de l’écologie politique, réunissant tous les écologistes dans une seule formation ;

de lancer un appel à tous les écologistes pour se retrouver dans cette initiative, et en particulier :

  • aux Verts, principale formation d’écologie politique *à tous les écologistes qui ne se sont pas reconnus jusqu’alors dans un parti, mais qui considèrent qu’un parti autonome est indispensable pour répondre aux enjeux écologiques, notamment les signataires du Pacte écologique.
  • à tous les écologistes qui ont fait le choix d’adhérer à un autre parti que Les Verts,

de lancer un appel au dialogue pour construire l’alternative politique à l’UMP en direction :

  • des formations politiques de la gauche et du centre,
  • de toutes les forces qui composent la société, dans leur diversité, afin de confronter le projet écologiste à leurs réalités, pour l’améliorer et le préciser.

Les moyens pour mettre en oeuvre ces objectifs sont les suivants :
Lancement d’un site internet –avec un comité éditorial large- proposant des contributions et une adhésion,
La création de comités locaux dans toutes les villes, et sur tous les territoires,
Des réunions publiques de présentation de l’initiative dans les principales villes françaises, entre septembre et novembre 2007,
Constitution de deux commissions de travail, sur les statuts et le projet
Une réunion nationale, à Paris, les 15 et 16 décembre 2007 : les États Généraux des Écologistes, qui proposera une charte de transformation du mouvement écologiste.

Remarque à la con tout d’abord : Le LoGo : 3 globes entourés par un cerclé fléché (genre recyclage) : on remarquera bien entendu la couleur de ces cercles : orange, rose, et vert. Orange comme Le Modem ? Rose/Rouge comme le Socialisme/Communisme ? et Vert comme les Verts. Mais pas seulement…
Le fameux feu tricolore pouvant symbolisé aussi 3 urgences.
Mais finalement je trouve que ce logo ressemble beaucoup par certains aspects à celui qu’on retrouve sur le site de Michèle Rivasi : je dois d’ailleurs dire que j’aime assez ce logo tiens…

Dissolution, comme l’a souhaité le week-end dernier le député de Paris Yves Cochet ? « Elle déboucherait sur une impasse », écarte Cohn-Bendit. L’ancien anarchiste préfère appeler à « une profonde transformation du parti ». Fustigeant « la culture de la suspicion », il dénonce « une organisation où, dès qu’une personne est élue, elle est surveillée par quatre flics d’une autre tendance »

« Il rêve d’être président du Parlement et doit mettre la main sur les Verts », décrypte Jean-Vincent Placé, proche de l’actuelle secrétaire nationale, Cécile Duflot. Il est donc hors de question de les laisser mourir. Dany l’a compris.

Quelque part niveau suspicion Dany a peut être pas tord non là ? Ne pas être naif peut très bien aller de pair avec moins de suspicion et arreter de se regarder sans cesse du coin de l’oeil à se suspecter d’intentions diverses au moindre mouvement ou à la moindre parole (Franchement Alain Lipietz par exemple a t il mérité la chasse aux sorcières au sein de sa chapelle parce qu’il était pour le Oui au TCE au sein d’une chapelle plutôt pro Non ? Un tel climat n’est jamais bon car il peut aboutir à des personnes qui ne veulent plus bouger voir qui partent c’était un peu déjà le sens de ce précédent post. Bref on peut très bien ne pas être naif tout en évitant d’être trop suspicieux (il suffit de le garder pour soit 😉 )

Comme annoncé dans celui là aussi, je compte bien participer à cette rénovation / refondation de l’écologie. Que cela soit en vous exposant quelques reflexions ici même ou en participant à des différents “groupes de réflexion, de rédactions ou actions ” :
http://ecopolit.eu compte bien devenir une des références de l’information écolo sur la toile
– sur une initiative de Cyril Cognéras et Julie Dandrieux , un groupe informel de suivi sur les questions d’Ecologie s’est constitué à Limoges. Nous étions donc 11 autour d’un bon repas. Il ne s’agit pas de prendre la place de structures existantes mais de créer un espace de contact entre militants et sympathisants écologistes de différentes organisations locales dans un esprit ouvert et tolérant. Le but est d’echanger, de se former et de partager pour agir concrétement.
– les forums décentralisés de l’écologie : je constate d’ailleurs que les Ecolos belges en avaient fait il y a 10 ans. Nous serions bien inspiré de regarder l’histoire des autres écolos ailleurs dans le monde (leurs réussites et défaites, leurs fondations et refondations…)


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaire sur “Cohn Bendit et la refondation de l’écologie