Ces écolos élus sur des terres de droite

Si je reprends un historique des élus qui sont ou ont déjà été députés il se trouve que par la force de chose, nos élus ecolos l’ont été sur des terres de droite…
En effet le PS a logiquement préféré laissés des circonscriptions où il n’avait pas souvent que peu ses chances et où, malgré les difficultés, ces élus ecolos ont eux réussis…
Petit rappel et remarques sur des négociations idéales…

Députés Actuels :

Anny Pournisoff a donc été élu dimanche sur les terres de Boutin dans des Yvelines bien ancrés à droite si on en juge les historiques

En 1997 déjà Anny avait fait face à Boutin au second tour (le PS ayant laissé cette circonscription…) mais avait perdu…

Yves Cochet :
1997-2001 : 7eme circonscription du Val d’Oise depuis 2002 à droite et avant ça RPR (il faut remonter à 1988 pour un élu PS) dans un Val d’Oise plutôt à droite

Depuis 2002 : 11ème circonscription de Paris (avant ça RPR, il faut remonter à 1986 pour le PS… et avant 1978 UDR sachant qu’il faut prendre en compte redécoupage et modes de scrutins différents…) et dans un « Paris » de plus en plus « partagé » mais historiquement plutôt à droite

Noel Mamère :
Depuis 1997 : 3 Eme circonscription de la Gironde (avant ça PS en 1988 puis RPR…)

François De Rugy :
Depuis 2007 : 1er circonscription de la Loire Atlantique (avant ça succession UDR, PS et UDF… plus souvent à droite qu’à gauche) dans un département plutôt « partagé » « gauche/droite »

Et n’oublions pas :

Martine Billard (passé au Parti de Gauche depuis 2009)
Depuis 2002 pour la 1er circonscription de Paris depuis longtemps à droite (RPR, UDF, DL…)

Et bien entendu en 1997 :

tous élus suite aux accords de la gauche plurielle…

Dominique Voynet :
3eme Circonscription du Jura circonscription depuis 2002 à l’UMP et avant 1997 UDF dans un département plutôt à droite (sauf quelques exceptions de temps en temps)

Jean Michel Marchand :
4ème Circonscription Maine et Loire (après 2002 UMP et avant 1997 UDF ou UDR…)  dans un Maine et Loire à droite

Guy Hascoet :
7ème circonscription du Nord (après 2002 UMP et Nouveau Centre… et avant 1997 RPR mais aussi PS 1973-1993 avec notamment les maires de Roubaix)

Marie Hélène Aubert :
4ème circonscription d’Eure et Loir où depuis 2002 les députés sont UMP et avant 1997 UDF… dans un département globalement plutôt à droite…

André Aschieri :
9eme Circonscription des Alpes Maritime (avant ça RPR et après ça UMP…) dans un département fortement ancré à droite…
Pour rappel sur le contexte en 1997 sur cette circonscription les trois candidats de droite se neutralisent et sont éliminés dès le premier tour (Michèle Tabarot obtient 19,25%, Pierre Bachelet 10,52% et Jean-Pierre Leleux 8,91%). André Aschieri, maire de Mouans-Sartoux présenté par Les Verts et soutenu par le PS bat (par 56,28%) le candidat du FN Dominique Vidal. À l’issue de ce scrutin, la neuvième circonscription sera la seule du département à avoir élu un député de gauche depuis la création des circonscriptions en 1988.

NEGOCIATIONS FUTURES :
Eléments de négociations ??

On le voit par le passé (1997 avec des circonscriptions gagnés alors que plutôt « à droite) (2002 et ses « défaites ») (2007 et ses mauvaises négociations…) les écologistes ont plutôt hérité de circonscriptions difficiles à gagner…

A l’avenir il conviendrait que les négociations avec tout les mouvements politiques (et non seulement le principal « Le PS ») se fassent dans le respect de tous… et dans l’objectif que tout les partenaires obtiennent le maximum d’élus (et non « le principal parti » du « bloc négociant » )

1er Objectif :
Conserver et retrouver ses circonscriptions
Toute circonscription qui a déjà été gagné par le passé devrait être objectivement laissé aux écologistes
Il convient de négocier celà avec le Parti Socialiste mais aussi les autres partenaires éventuels à gauche : PCF, Parti de Gauche, MRC, PRG mais aussi le NPA

Etant donné que l’une de ces circonscriptions est celle de Martine Billard passé au Parti de Gauche on peut considérer, que si elle souhaite être réélu sur celle ci on peut lui laisser…
Sinon une négociation particulière doit avoir lieu entre le PG et les écologistes sur ce cas particulier (d’autant plus que des redécoupages sont prévus ?)

Les autres circonscriptions seraient donc :
10 ème des Yvelines
7eme circonscription du Val d’Oise
11ème circonscription de Paris
3 Eme circonscription de la Gironde
1er circonscription de la Loire Atlantique
3eme Circonscription du Jura
4ème Circonscription Maine et Loire
7ème circonscription du Nord
4ème circonscription d’Eure et Loir
9eme Circonscription des Alpes Maritime

L’objectif est aussi bien d’y obtenir le plus grand soutien du PS au NPA en passant par tout les mouvements à gauche… en échange de « un prété pour un rendu » bien entendu

2ème Objectif :
Un soutien donné un soutien rendu

Si les négociations sont nationales (pour le « package globale ») elles doivent aussi être départementales et régionales pour une cohérence de « territoire » :
elles peuvent éventuellement couplées (mais avec rigueur !!) avec d’autres élections à venir : les cantonales 2011 et suivantes, les municipales…

Dans l’idéal un soutien donné doit amené un soutien rendu sur un même territoire , dans la mesure du possible, les négociations devant avoir lieu à la fois « à plusieurs » mais aussi « un à un »

Ainsi imaginons que le PS donne son soutien sur les 10 circonscriptions cités
les écologistes doivent rendre ce soutien dans 10 autres circonscriptions sur les mêmes territoires donc dans une circonscription des Yvelines, du Val d’Oisede Paris ,de la Girondede la Loire Atlantique du JuraMaine et Loiredu Nordd’Eure et Loir et des Alpes Maritime

Il devrait en être de même pour les autres partenaires dont on obtiendrait le soutien, la difficulté se posant alors lorsque le nombre de circonscription d’un département est trop « petit » pour « rendre » des soutiens à tout le monde :
il faut alors élargir les négociations aux régions et éventuellement à des autres accords futurs rigoureux
(mais une autre règle doit être fixer : l’idéal de la proportionnalité des députés gagnables , nationalement, et « localement » , en se fixant des objectifs nationaux et locaux dans tout les cas de figures…)

L’objectif principale est aussi d’obtenir une dynamique globale sur un même territoire… les candidats issus de mouvements différents se soutenant mutuellement (ainsi que leurs « mouvements ») sur un même département par exemple

3ème objectif :
Prendre en compte les derniers résultats (européennes, régionales… cantonales ?) pour obtenir les meilleurs résultats pour tous

Si on se base seulement sur les résultats des régionales 2010
(pourtant moindre qu’aux européennes 2010)
On peut considérer qu’il est cohérent que les écologistes obtiennent
les circonscriptions où ils sont devant leurs éventuels partenaires
mais aussi celles (à négocier « proportionnellement » ?) où des duels PS/Verts (ou autres partenaires ?) pourraient exister au regard des derniers résultats (2009-2010…) comme cela avait déjà été évoqué dans un précédent billet.

On peut également éventuellement y ajouter des circonscriptions où les écologistes ne seraient « pas loin » (arrivant donc 3ème) (et à voir au cas par cas à partir du fichier lié ?)

Il faudrait examiner donc (sur la seule base des régionales) :

9ème du 06 (Alpes Maritime) : mais déjà cité plus haut (Aschieri ayant été député)

1ere du 35 (Ile et Vilaine) même si PS devant , il y a un cumul dans le temps de la part du député PS sortant…

1ere du 38 (Isère)
2eme du 38 (Isère)
3eme du 38 (Isère)
5eme du 38 (Isere) même si on le voit pour ces circonscriptions 1, 2, 3 et 5 il y a une difficulté puisqu’il y a des sortants PS… et que les autres circonscriptions du département sont plutôt à droite
(note au passage : on voit ici toute la difficulté qui se présente pour tous)

1er du 59 (Nord)
2eme du 59 (Nord) où là encore 1 et 2 du Nord sont des PS sortants…

2eme du 68 (Haut Rhin)
3eme du 68 (Haut Rhin)
4eme du 68 (Haut Rhin) présentant un double voir triple avantage : résultats PS et Verts très proches sur tout le département , FN haut (pouvant approcher les triangulaires) et députés UMP sortants… Un partage équitable entre ecolos et PS est souhaitable sur tout le département du Haut Rhin voir une négociation régionale ?

– Le Département 75 soit Paris où il peut y avoir des négociations plus que souhaitables sur les circonscriptions 5, 6, 7, 9, 18, 19, 20 et 21 et donc sur l’ensemble des circonscriptions du 75… puisque les résultats y sont très serrés…
et sachant qu’il y a les circonscriptions 1 (Billard à voir ?) et 11 (Cochet) à prendre en compte également

6ème du 93 (Seine Saint Denis)
7ème du 93 (Seine Saint Denis) , 93 où il y a des députés PS et PCF sortants mais où le PS et les écolos sont arrivés 1er et 2nd sur ces circonscriptions…
(et où on retrouve Bartolone d’un côté et Brard de l’autre ce qui est assez « symbolique » dans les 2 cas… )

9ème du 94 (Val de Marne)  où le sortant est PS
11ème du 94 (Val de Marne) où le sortant est PS mais où le PCF (derrière les ecolos) était arrivé aux régionales devant l’UMP…

Au total 22 circonscriptions
+ quelques unes où les résultats ont pu être serré et à examiner (notamment en regardant les résultats des européennes)
+ celles ayant déjà eu des députés écolos (10 ou 11)
soit une bonne trentaine de circonscriptions à examiner pour obtenir des soutiens de tout les « partenaires » et également éviter des « duels à éviter » (ici presque la moitié PS/EE « possibles » ) et donc au moins une trentaine de « députés » envisageables « sereinement » à priori…

4ème objectif :
Approcher au plus près (nationalement et localement) du « nombre de députés »  que chacun obtiendrait si l’élection était totalement proportionnelle

Cet objectif modère et limite l’objectif 2 et éventuellement 3.
En effet il faut bien entendu prendre en compte les rapports de force et la « force » réelle objectivement : un « prété pour un rendu » ne peut alors pas s’appliquer avec du 1=1 sur toutes les circonscriptions… tout les départements et sur tout le territoire

L’objectif est de tendre vers des résultats « représentatifs » où tout le monde y gagnerait, du PS au NPA en passant évidemment par les écologistes qui doivent se placer partout au centre de ces négociations comme un partenaire indispensable et dont l’objectif est d’obtenir des élus tout aidant ses partenaires à avoir les leur…

Les députés que l’on pourrait obtenir doivent donc se faire sur le principe des « unions » les plus larges possibles et sinon des partenaires qui localement veulent bien négocier :
on pourrait au cas par cas imaginer très bien au final qu’il y ait ça et là des candidatures NPA-EE , PCF-EE , PS-EE , NPA-PCF-PS-EE et bien d’autres possibilités même si l’idéal est bien la cohérence (et le soutien mutuel) sur un même territoire donné (un département par exemple)

Si on essaye de tendre vers une proportionnelle « totale »
en se basant sur les derniers résultats
2010 : 12,18% – 2 372 379 voix soit autour de 70 députés
2009 : 16,28 % – 2 803 759 voix soit autour de 90 députés

Précédentes législatives : 3,5 à 7,5 % au cours des précédentes élections…
en considérant le nb de voix de 2009 et 2010 en l’adaptant à la participation habituelle aux législatives les Verts y auraient réalisé autour de 9-10%

Soit de 20 à plus de 40 députés
(voir de 50 à 60 députés si on juge les rapports de force « actuels »)

Ces chiffres allant de 20 à 90 sont d’excellentes bases pour parvenir à des négociations équitables…
considérant que si on était juste, en cas d’élections « perdus » pour la « gauche » le nombre de députés probales pour les écolos devraient tourner de 20 à 40 (certainement plus proche des 20 évidemment, mais cela veut dire tout de même 20 circonscriptions gagnables à avoir…)

En cas d’élections « limites » mais « gagnantes » les chiffres de 40-50-60 sont des repères interessants car reprenant les meilleures législatives passés mais aussi les « tendances actuelles » (se vérifiant aux législatives partielles et autres élections) soit des écologistes autour de 7 à 10%

Des chiffres supérieurs à 70 voir approchant les 90 députés représenteraient un raz de marée à gauche ou éventuellement un rapport de force « finale » à gauche plus favorables aux écologistes qu’aux autres partenaires
(en imaginant par exemple que les ecolos soutenus par leurs partenaires soient élus « partout » mais pas forcément les partenaires soutenus par les ecolos…)

Tout cela tombe bien puisque une bonne trentaine de circonscription a été identifié précédemment (une vingtaine avec d’excellents résultats récents, les autres où les ecolos ont déjà eu des députés…)
auquel il convient d’y ajouter celles qui pourraient ressortir des négociations divers et variés
et notamment sur 3 départements « cas » où les rapports de force ont été serré, notamment entre le PS et Europe Ecologie
soit
Isère : 4 circonscriptions à examiner
Haut Rhin : 3 circonscriptions à examiner
le 75 : 8 circonscriptions + celles de Cochet et Billard

Il conviendrait alors d’appliquer une méthode de « proportionnalité » sur ces départements pour s’en sortir par le haut (et sinon négocier avec l’ensemble des partenaires, ensemble et un à un…)

Soit :

Isère :
19,29 % EE  – 27,29% PS (mais 21,64EE et 17,49% PS aux européennes 2009)
les 6 circonscriptions actuellement à gauche (toute PS)  devraient dans l’idéal etre 2 pour EE et 4 pour le PS et en tout cas 1 à 2 des 9 circonscriptions devraient être pour EE au regard des 19,29% de EE aux régionales…
1 gagnable semble le minimum évidemment , 2 à 3 autres sont à négocier dans l’objectif dans gagner 1 à 2 en plus ?

Haut Rhin :
16,76 % pour EE , 17,28% PS (et 17,33 EE et 12,75 PS en 2009)
les résultats sont de l’ordre du 50/50 légèrement en faveur du PS après de mauvaises européennes : il convient certainement de se partager les 7 circonscriptions habilement sachant que EE était devant le PS dans 3 d’entre elles
Mais sachant aussi que les 7 députés sortants sont de droite
On peut aussi imaginer une négociation groupée avec l’autre département Alsacien ? sachant que le PS pourrait alors négocier un soutien totale sur le Bas Rhin (en laissant une ou deux  circonscription « interessante » ?) contre une 4eme circonscription laissé à EE dans le Haut Rhin

A Paris :
20,57% pour EE et 26,26% pour le PS (et 27,46% EE et 14,69 PS en 2009) où les ecolos peuvent « exiger » d’obtenir 20% des députés parisiens soit au minimun 4 ou 5… sachant que Billard est passé au PG il en faut 3 à 4 de plus (en + de la circonscription de Cochet)
8 circonscriptions sont à examiner avec soin : circonscriptions 5, 6, 7, 9, 18, 19, 20 et 21 sachant qu’elles ont toutes des députés PS sortants il convient de négocier des soutiens mutuels sur tout le département (un prété pour un rendu…) pour décrocher (pour le PS, les ecolos, ou un autre partenaire) des sièges parmi les 8 UMP sortants…

Un même type de méthode peut être appliqué sur les autres circonscriptions d’autres départements déjà cités… toujours en ayant en tête que globalement le chiffre des 50 députés nationalement doit être un objectif commun et que chacun devra y mettre du sien (chez nous comme chez tout nos partenaires) pour y parvenir tout en améliorant/conservant le nombre de députés des partenaires…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.